“Il disait qu’il ne souffrait pas” : Sapho en deuil, son mari est mort, emporté par la maladie

0
18

C’est une femme en deuil qui crie sa douleur dans un album entièrement dédié à la mort de son défunt mari… A 71 ans, Sapho – de son vrai nom Danielle Ebguy – publie donc J.A.M. (Jalousie Amour, Mort), en hommage à Frédéric Nathan-Murat, celui qui a partagé sa vie pendant trente ans.

Sapho a perdu son époux en octobre 2021, ce dernier ayant succombé à sa maladie. “Il y a deux ans, on diagnostique un myélome indolent à Frédéric, une forme de cancer du sang“, précise Gala. Alors que les médecins avaient initialement assuré que le pronostic vital n’était pas engagé, la maladie a finalement pris le dessus, “la consommation ininterrompue de tabac et quelques anciennes addictions, comme il était de bon ton d’en avoir dans les années 80, avaient laissé des traces…“, ajoute le magazine. Quand Frédéric décède, Sapho n’est malheureusement pas à ses côtés, alors en déplacement en province pour un concert. “Il disait qu’il ne souffrait pas, qu’il était juste fatigué. On a eu des moments de grande douceur…“, assure la chanteuse.

Si Sapho semble aujourd’hui doucement remonter la pente – elle va laisser ce mois-ci derrière elle les souvenirs de leur vie à deux en quittant leur appartement pour vivre ailleurs – elle reconnaît avoir vécu de “drôles de choses” dans les semaines ayant suivi la mort de son mari. Elle a choisi de se plonger dans la musique pour l’aider à traverser cette sombre période. “Je me dis qu’il est là, dans cette musique, alors je ne veux pas le chasser tout de suite en écrivant autre chose. Je vais rester encore un peu avec lui“, dit-elle, en publiant un album qu’elle lui dédie. “Celui-là était pour lui, dédié à lui, comme il me l’avait demandé“, précise-t-elle. Elle ira ensuite le défendre sur scène, en tournée.

Avec Frédéric, “lacanien, psychanalyste et psychiatre“, Sapho avait vécu une histoire faite de hauts et de bas pendant trente ans, dont dix ans sous le sceau du mariage. Le couple avait failli se séparer à de multiples reprises entre jalousie et tromperies… “Mille fois je pris mon bagage, comme le chante Brel, mais je revenais, parce que ce qu’il y avait entre nous était plus fort que tout“, souligne-t-elle.

Gala, édition du 6 janvier 2022.