Il y a 60 ans, Brasilia devint la capitale du Brésil

0
98

Le 21 avril 1960, le Brésil inaugure en grande pompe sa nouvelle capitale, Brasilia, cité futuriste créée ex nihilo, abritant de multiples chefs-d’oeuvre architecturaux.

Voici le récit de sa fondation, à partir des dépêches de l’AFP de l’époque.

Ce projet pharaonique a émergé en moins de quatre ans, sur la savane rouge des hauts plateaux semi-désertiques dans le centre-ouest du pays, à un millier de kilomètres de Rio de Janeiro (capitale depuis 1763), explique l’AFP, avant le début de plusieurs jours de festivités. Un lac artificiel, Paranoa, de plus de 40 km carrés, a même été aménagé.

Aux commandes de l’oeuvre – classée en 1987 au patrimoine de l’humanité – l’urbaniste Lucio Costa, le paysagiste Roberto Burle Marx et l’architecte Oscar Niemeyer, récompensé en 1988 par le prix Pritzker, équivalent du Nobel pour l’architecture.

– Vaste circonférence –

L’inauguration de la “capitale de l’espoir”, suivant la formule popularisée par le ministre français de la Culture André Malraux, coïncide avec l’anniversaire de la mort du premier martyr de l’indépendance du Brésil, surnommé “Tiradentes” (arracheur de dents), qui appelait à établir la capitale au centre du pays.

A l’approche de l’événement, 24 heures sur 24, “cent mille ouvriers ingénieurs et techniciens mettent la dernière main au plus grand chantier du monde”.

“Pour abriter les bâtisseurs de Brasilia, une ville de fortune est née” au “milieu de la savane”, avec “cent cinquante mille habitants, soixante hôtels, quarante bars et sept banques”, appelée à être rasée une fois Brasilia achevée.

Le projet a été impulsé par le président brésilien Juscelino Kubitschek, pour qui “c’est une révolution géopolitique. Après avoir campé pendant presque deux cents ans au bord de l’eau, le Brésil va prendre possession de son territoire”.

Brasilia “a la forme d’une circonférence – tellement vaste que du sommet du gratte-ciel de 28 étages où seront logés les services administratifs relevant du Parlement, les limites n’en seront pas visibles”, décrit l’AFP.

“A l’intérieur de cette circonférence”, dont deux diamètres dessinent le signe de la croix, “les avenues (…) décrivent des cercles concentriques” ou “sont tracées suivant les rayons du cercle, mais ne débouchent jamais les unes sur les autres, des ponts et des tunnels ayant été aménagés à tous les croisements”.

– Chefs-d’oeuvre d’architecture –

Le Parlement aux deux demi-sphères, le palais présidentiel du Planalto et la Cour suprême fédérale sont situés sur la Place des Trois Pouvoirs, “centre de la circonférence” et “coeur de la cité”.

Parmi les “plus beaux monuments”, une cathédrale futuriste, avec une énorme gerbe liant les tiges de béton symbolisant l’amitié entre le Brésil et le Portugal, ou le palais d’Itamaraty (ministère des Affaires étrangères).

Dans un premier temps, le transfert du pouvoir est surtout symbolique: “l’aménagement intérieur de nombreux édifices publics n’est pas achevé, les bureaux ne sont pas complètement installés, et surtout, le fonctionnement des ascenseurs est souvent précaire”, explique l’AFP le 20 avril.

Le réseau téléphonique intérieur n’est pas au point. Des difficultés de dernière minute surgissent dans les liaisons radio avec les autres villes.

Difficile également de se déplacer dans une agglomération pratiquement dépourvue de transports publics, avec de longues distances.

L’heure est néanmoins à la fête. Le 20 avril, “les Brésiliens qui, depuis 24 heures affluent dans la nouvelle capitale laissent libre cours à leur enthousiasme devant des chefs-d’oeuvre de l’architecture”.

Pour bénir la cité, le cardinal Manuel Cerejeira, légat pontifical, apporte une croix au pied de laquelle fut dite en 1500 la première messe au Brésil.

Le président reçoit les clés de la ville devant “une foule d’environ 3.000 personnes”, composée d’ouvriers en blue jean, paysans de hauts plateaux au visage brûlé de soleil, touristes de Rio ou de Sao Paulo vêtus de blanc ainsi que de hauts fonctionnaires et parlementaires en costume sombre.

Cérémonies religieuses, fêtes populaires kermesse, parade militaire, défilé des ouvriers ayant participé à la construction, rythment l’événement pendant plusieurs jours.

Le 21, les pouvoirs sont installés à Brasilia.

“Les façades des édifices publics” et des immeubles d’habitation “sont toutes en baies vitrées. Ainsi, le peuple pourra +contrôler+ constamment le travail des serviteurs de l’Etat”, explique l’AFP le 23 avril.

Quatre années après l’inauguration de sa nouvelle capitale, qui a plombé ses finances pour plusieurs années, le Brésil connaît un coup d’Etat, instaurant une dictature militaire jusqu’en 1985.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.