Incendie à Oakland: le bilan provisoire passe à 24 morts

0
582

L’incendie qui a ravagé samedi un collectif d’artistes à Oakland, près de San Francisco, a déjà fait 24 morts et le bilan va encore s’alourdir, a prévenu dimanche la police.

«Je vous ai donné le bilan de 24 morts, ce bilan va encore augmenter», a prévenu le policier au cours d’une conférence de presse.

Un précédent bilan faisait état de 9 morts dans cet incendie dont l’origine n’est pas encore déterminée.

Le sergent a précisé que pour le moment seulement trois familles avaient pu être notifiées du décès d’un proche. L’identification des corps sera longue, a expliqué le policier.

Les pompiers ont travaillé d’arrache-pied pendant 12 heures dans la nuit pour pénétrer dans le bâtiment en pratiquant une brèche dans un mur et ensuite commencer à déblayer, a expliqué une chef de bataillon de pompiers de la ville, Melinda Drayton.

Samedi après-midi, les secours ont dû se retirer du bâtiment, le temps que celui-ci soit consolidé.

Les disparus sont des personnes d’une vingtaine ou trentaine d’années, et certains sont des étrangers.

Un centre d’aide aux familles a été ouvert pour récolter des informations sur les personnes manquantes et informer les proches.

Sur les réseaux sociaux et notamment la page Facebook de l’évènement, des proches tentaient de trouver des informations sur le sort des participants à la fête.

Facebook a également déclenché le dispositif qui permet à ses abonnés de confirmer d’un clic qu’ils sont en sécurité.

Longue fouille

«Il nous faudra plusieurs jours pour pouvoir fouiller tout le bâtiment», qui est un entrepôt transformé en collectif d’artiste, où des gens travaillaient et vivaient.

Les images publiées sur le site internet du lieu montrent des oeuvres d’art, des pianos et de nombreux objets en bois, expliquant la violence du feu et l’épaisseur de la fumée.

Samedi, la chef des pompiers d’Oakland Teresa Deloach-Reed, avait décrit un véritable fatras.

«C’était bourré de meubles et d’autres trucs, des collections (…) c’était presque comme un labyrinthe», avait-elle expliqué, décrivant également une «cage d’escalier artisanale» avec des «palettes» pour accéder au premier étage, où se trouvaient la plupart des victimes.

Une configuration qui pourrait elle aussi expliquer l’ampleur du drame.

Le toit du bâtiment est entièrement effondré et la structure instable, ce qui a énormément ralenti les opérations des secours.

Une dizaine de corps a été trouvée vers le milieu du bâtiment où les pompiers ont pu pénétrer, a précisé l’officier.

Elle a aussi souligné que les pompiers ont pris toutes les précautions pour traiter les restes humains avec respect.

L’incendie s’est déclaré vers 23h30 vendredi soir (2h30 samedi, HE) dans le bâtiment baptisé le «Ghostship» (vaisseau fantôme).

Des dizaines de personnes participaient à une fête dans laquelle se produisait notamment le DJ Golden Donna, alias Joel Shanahan.

Silence

Décrivant l’atmosphère pendant les fouilles de la nuit, la voix de Melinda Drayton s’est étranglée d’émotion. «Tout était silencieux. Cela vous brisait le coeur», a-t-elle dit.

Dès samedi, les autorités municipales ont indiqué que le bâtiment n’était sans doute pas aux normes.

L’enquête devra établir si les propriétaires de l’ancien entrepôt et ses occupants avaient toutes les autorisations nécessaires.

«Je sentais ma peau peler»

Apparemment, les lieux n’étaient pas équipés de détecteurs de fumée ni d’aspersion automatique, a-t-elle précisé.

Bob Mule, un photographe installé dans le bâtiment, a indiqué qu’il avait tenté d’aider un ami à fuir, avant de renoncer.

«Je sentais ma peau peler» sous l’effet de la chaleur, a-t-il déclaré à la chaîne de télévision locale KTVU.

Pas aux normes ?

Certains témoignages font état d’artistes vivant sur place, mais le bâtiment n’était prévu que pour être un «lieu de travail», a indiqué Libby Schaaf, la mairesse d’Oakland, lors d’une conférence de presse samedi.

Un autre responsable municipal a indiqué que la mairie enquêtait avant l’accident sur des «constructions illégales» à l’intérieur de l’ancien entrepôt.

Longtemps réputée peu sûre, Oakland, ville de 420 000 habitants, attire désormais des populations plus aisées séduites par des loyers plus abordables qu’à San Francisco.

L’incendie d’Oakland est l’un des plus graves de ces 20 dernières années. Le 20 février 2003, un incendie déclenché par des feux d’artifice dans une boîte de nuit de West Warwick, au nord-est des États-Unis, avait coûté la vie à 100 personnes, selon le décompte de l’association professionnelle National Fire Protection Association (NFPA).

Source : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.