Inde : les autorités dynamitent la propriété d’un joaillier des stars en fuite

0
130

Les autorités indiennes ont dynamité vendredi la luxueuse résidence du joaillier milliardaire en fuite Nirav Modi, recherché par New Delhi pour une méga-fraude bancaire présumée, qu’il avait faite construire illégalement en bord de mer près de Bombay.

“Nous avons la rasé la maison avec de la dynamite”, a déclaré à l’AFP un responsable de l’Etat de Maharashtra (ouest), Bharat Shitole. Des images vidéo diffusés par les chaînes d’information indiennes montrent la résidence s’écrouler comme un château de cartes dans les secondes suivant l’explosion.

Selon Bharat Shitole, les autorités ont décidé de démolir la propriété plutôt que de la vendre aux enchères parce qu’elle avait été construite illégalement en violant la législation sur la protection de l’environnement.

La propriété de plus de 3.000 m2, dont le prix est évalué à 12,5 millions d’euros, avait été saisie après que Nirav Modi, un joaillier de 48 ans ayant pour clientes des stars d’Hollywood et de Bollywood comme Kate Winslet, Naomi Watts et Priyanka Chopra, eut été accusé d’avoir participé à une fraude aux dépens de la Punjab National Bank (PNB).

Outre cette propriété, la justice indienne a également saisi son entreprise de joaillerie, des comptes en banque à l’étranger, une propriété à Londres dont le prix est évalué à sept millions d’euros et deux autres à new York évaluées à 26 millions d’euros. L’ensemble des biens saisis représente 80 millions d’euros.

M. Modi, qui n’a aucun lien de parenté avec le Premier ministre indien Narendra Modi, avait disparu après la révélation du scandale en février 2018. Il se trouve actuellement en Grande-Bretagne, où il se bat pour ne pas être extradé vers l’Inde.

Nirav Modi représente la troisième génération de sa famille à travailler dans le commerce du diamant. Avant le scandale, sa fortune était évaluée par Forbes en 2017 à 1,8 milliard de dollars, le plaçant à la 85e place des personnes les plus riches d’Inde.

Les enquêteurs indiens soupçonnent M. Modi et son associé d’avoir escroqué la PNB de 2,8 milliards de roupies (39 millions d’euros), un montant qui ne représenterait qu’une partie des pertes totales de la banque.