Inès (Koh-Lanta) complexée par une hypertrophie : une opération impossible

0
197

Sur son fil Instagram, Inès Loucif apparaît comme une jeune femme très à l’aise dans sa peau. Ses photos d’elle en bikini ou en tenue d’Eve sont font pâlir de jalousie certains de ses followers. Et pourtant, l’ancienne candidate de Koh-Lanta est bien loin d’être une fan de sa silhouette.

À lire aussi

Mardi 21 juillet 2020, la jolie brune de 27 ans a d’ailleurs pris le temps de parler de ces imperfections physiques qui lui font perdre le sourire. Ce qui l’a même poussée à aller consulter pour tenter d’y remédier. “Aujourd’hui, j’ai vu un docteur sur Paris, je lui ai fait part de quelques complexes qui me gâchent la vie et me mettent pas mal de contraintes, d’ailleurs vous avez dû le voir. Je ne peux pas vous faire un seul face-caméra sans mettre de filtre, c’est impossible pour moi. J’ai été insupportable pour les castings de Koh-Lanta, il ne fallait pas mettre de filtres, pareil pour les interviews… Donc vous ne me verrez jamais sans filtre pour ce qui est de montrer mon visage parce qu’il y a plein de choses que je ne supporte pas. Je n’ai cessé de grandir avec cette perception de moi-même et c’est très difficile, je ne me plais pas. Ça ne me permet pas d’avancer dans la vie, j’ai vraiment du mal avec mon visage, le corps c’est pareil, mais, j’ai pu le travailler pour avoir les résultats que je veux“, explique-t-elle en toute transparence.

C’est un coup dur

C’est sous les yeux que se trouve l’un de ses plus gros complexes. En effet, Inès regrette d’avoir “des poches qui remontent” dès qu’elle sourit. “Je ressemble à un mini BN ou une asiat’, on ne voit plus mes yeux, c’est quelque chose que je vois en permanence“, se désole-t-elle. En se rendant chez son docteur, la jolie brunette espérait donc pouvoir s’en débarrasser par le biais d’une opération. Malheureusement, elle a vite déchanté. “D’après le docteur, ce serait musculaire et il s’agirait d’une hypertrophie. Après discussion avec lui, j’ai bien compris qu’il n’y aurait pas de solution, c’est-à-dire que chirurgicalement, on ne peut pas faire d’opération pour retirer le muscle. Après, on va voir si on peut essayer de relâcher un peu le muscle, c’est un coup dur parce que c’est un vrai complexe, c’est pas un caprice“, assure-t-elle.