Inès (Koh-Lanta) écoeurée : “La France prend les gens pour des cons”

0
177

Durant toute la difficile période du confinement, Inès Loucif était pleinement mobilisée. Infirmière de profession, la finaliste de Koh-Lanta 2020 a travaillé sans compter ses heures malgré les conditions parfois difficiles. Mais l’annonce d’une prime exceptionnelle lui avait redonné le sourire. Malheureusement, la belle brune de 26 ans n’a toujours pas vu la couleur de cet argent et n’a donc pas hésité à pousser un nouveau coup de gueule sur Instagram, le 30 juillet 2020.

À lire aussi

Inès Loucif a une fois de plus prouvé qu’elle n’avait pas la langue dans sa poche. Inquiète de ne toujours pas avoir reçu la prime promise par le président de la République à ceux qui se sont mobilisés quand la pandémie de Covid-19 était à son paroxysme en France, la grande amie de Naoil Tita a envoyé un mail (à une personne dont on ne connaît pas l’identité) pour savoir où cela en était. Et la réponse qu’elle a reçue ne lui a pas fait plaisir. Si l’on en croit la partie du message qu’elle a dévoilée, les infirmiers et infirmières ne sont pas concernés et il leur faudra se battre pour espérer obtenir de l’argent.

En attendant, l’ancienne aventurière de TF1 n’a pas caché sa colère. “Comment être dégoûtée, écoeurée. Et après, on vient me parler du beau métier d’infirmier“, a-t-elle tout d’abord écrit. Inès a ensuite expliqué la situation aux internautes qui n’auraient pas compris : “Toujours pas de prime pour le Covid-19. Elle est belle, la France, très forte pour parler et pour prendre les gens pour des cons. On nous appellera pour la deuxième vague et on nous applaudira à 20h avec des plateaux-repas pour tout le personnel, ce sera cool.

Les autres coups de gueule d’Inès Loucif

Ce n’est pas la première fois qu’Inès exprime sa colère concernant la crise sanitaire. En mars dernier, elle avait expliqué que le matériel que ses collègues et elle avaient à disposition n’était pas adapté. “Voilà comment nous avons encore travaillé cette nuit. Vous avez devant vous les conditions dans lesquelles nous travaillons, où nous avons que des patients positifs au Covidd-19. Nous n’avons plus de surblouses, alors on prend des pantalons jetables pour se camoufler en mettant du sparadrap aux poignets pour bien fermer les manches, et plus de surchaussures donc on met des charlottes aux chaussures tranquillement. Merci Emmanuel Macron. C’est scandaleux !“, s’était-elle indignée. Et en mai, elle s’en était prise aux aides-soignantes qui venaient à l’hôpital juste pour encaisser leur chèque à la fin du mois. “Alors, autant, parfois, tu tombes sur des perles qui sont hyper pro, autant t’en as, elles seraient capables de laisser des patients en galère pendant 1000 ans qu’elles se bougeraient même pas !!! Ça me fatigue“, avait-elle notamment confié.