Iris Mittenaere, victime de sexisme à la télé : “Tu mettrais pas une petite jupe la prochaine fois ?”

0
100

À 28 ans, Iris Mittenaere est une femme accomplie. D’abord connue comme Miss France 2016 puis Miss Univers 2016, la jolie brune est désormais animatrice télé. Un quotidien qu’elle n’échangerait pour rien au monde, malgré certains inconvénients… Dans le podcast Femmes de télé de Télé Loisirs, la reine de beauté se livre sur le côté sombre de son métier.

L’exercice d’animation lui plait, mais les à-côtés un peu moins. Iris Mittenaere regrette d’être parfois contrainte de s’habiller en jupe, talons ou décolleté… “Dans la vie de tous les jours, je suis libre heureusement (rires), en télé, ce n’est pas toujours le cas. Ce n’est pas toujours le cas, déjà parce qu’on est une femme, tout simplement. On a facilement envie de nous voir en jupe, en talon et en décolleté“, confie l’amoureuse de Diego El Glaoui. Et de poursuivre : “J’ai déjà eu plusieurs fois l’expérience sur quelques plateaux où l’on me dit : ‘Tu es beaucoup en pantalon ! Tu mettrais pas une petite jupe la prochaine fois ?

Iris Mittenaere libre comme l’air dans Ninja Warrior, une première

Une règle d’image qui “existe toujours, encore plus quand on est Miss“, déplore Iris Mittenaere. “Les gens voient la Miss avec une robe et des talons. Je pense que de manière générale à la télé, on voit les femmes en jupe et en talons“, analyse-t-elle. En bref, cette couronne de Miss Univers “lui sert autant qu’elle lui dessert“. Et de déplorer : “Je pense qu’on ne demande pas forcément aux hommes de s’habiller d’une certaine façon.

Mais il y a une émission où la tenue vestimentaire d’Iris Mittenaere n’est pas un sujet : Ninja Warrior, qu’elle co-anime avec Denis Brogniart et Christophe Beaugrand. “Moi qui aime la mode aussi, j’aimerais bien présenter quelques émissions habillée hyper mode, avec des petites boots. J’ai de la chance, sur Ninja Warrior, je peux m’habiller comme je veux et au contraire, je mets des baskets. Si je mets des talons, je vais avoir du mal à suivre les candidats en courant“, estime-t-elle dans un éclat de rire. Tout n’est donc pas perdu !