Connect with us

Italie: la justice confirme la mise sous séquestre de 49 millions d’euros de la Ligue

Dépêche

Italie: la justice confirme la mise sous séquestre de 49 millions d’euros de la Ligue

Entre 2008 et 2010, le fondateur de la Ligue Umberto Rossi et son ancien trésorier avait obtenu des remboursements de frais électoraux jugés indus.

La Cour de cassation italienne a confirmé le placement sous séquestre de 49 millions d’euros de la Ligue, parti d’extrême droite au pouvoir, décidée par la justice à la suite d’une fraude présumée d’anciens responsables, annoncent ce samedi les médias.

L’actuel chef de file de la Ligue, et ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, avait déposé un recours contre cette décision autorisée début septembre et qui correspond à des faits commis durant la période 2008-2010. A l’époque, le fondateur de la Ligue du Nord (devenue Ligue), Umberto Bossi, et son ancien trésorier, Francesco Belsito, avait obtenu des remboursements de frais électoraux jugés indus, d’un montant estimé à 49 millions d’euros.

Accord sur un échelonnement du remboursement

Après la condamnation en première instance des deux hommes (la procédure d’appel est en cours), le parquet de Gênes a cherché à récupérer la somme, mais n’a pu placer sous séquestre que 3 millions d’euros. La Ligue et le parquet sont parvenus mi-septembre à un accord permettant à La ligue d’échelonner sur plusieurs décennies le remboursement des 49 millions.

Mais Matteo Salvini, qui était député puis député européen de la Ligue du Nord et vice-secrétaire de la section lombarde du parti au moment des faits, contestait le placement sous séquestre préventif des fonds, décision confirmée par la Cour de cassation.

La Ligue avait annoncé sa disponibilité “à mettre à disposition du parquet 100.000 euros tous les deux mois, c’est-à-dire 600.000 euros par an”, selon un magistrat du parquet de Gênes.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top