“J’ai envie qu’elle guérisse” : la santé de Marie-Sophie Lacarrau inquiète, un journaliste se confie

0
64

Marie-Sophie Lacarrau qui a eu des problèmes à l’oeil. Le journaliste s’est confié à Télé-Loisirs sur cette situation inédite.

Depuis le 17 décembre 2021, la pétillante journaliste ne travaille pas. Son absence, relayée par la chaîne devait s’arrêter le 28 février mais non, l’arrêt de Marie-Sophie Lacarrau a été prolongé. Jacques Legros a donc été appelé à la rescousse ce qui a un peu chamboulé ses plans. “J’ai toujours dit à mes patrons que je m’arrangerais pour m’adapter en toutes circonstances et réaménager mes autres activités. C’est le cas en ce moment. Je m’organise. Ce qui était prévu un matin passe l’après-midi, ce qui était prévu en semaine passe le week-end. On sort le chausse-pied et on s’arrange ! J’habite à Paris donc cela ne me pose pas de problèmes. J’ai en revanche un bouquin que je devais sortir en mai et qui est “planté” à la moitié (rires)“, lance-t-il.

Jacques Legros le sait, si sa collègue ne revient pas c’est que son mal est sérieux. D’ailleurs, comme il l’indique, il est en contact avec elle : “Avec Marie-Sophie Lacarrau, on communique. Je prends de ses nouvelles. J’ai envie qu’elle guérisse car ce qui lui est arrivé est quelque chose de lourd même si sa vie n’est pas en jeu.”

Et en effet la maladie de la journaliste de 46 est lourde comme il dit. Si elle avait fait savoir qu’elle souffre d’une “infection rare et sévère“, le magazine Ici Paris a dévoilé qu’il s’agirait d’une endophtalmie, une bactérie très dangereuse, attrapée, peut-être, en raison de lentilles de contact, et qui pourrait lui faire perdre la vue. Autant dire qu’il ne faut pas prendre cette maladie à la légère et c’est exactement ce que fait Marie-Sophie Lacarrau.

Concernant un possible retour de la journaliste, Jacques Legros ne donne pas de date mais confirme qu’elle a hâte de retrouver le chemin des plateaux : “Elle s’inquiète un peu pour nous comme on s’inquiète pour elle. Je sais qu’elle a envie de le faire ce journal. Mais il faut du temps. On va le prendre.