“Je n’étais pas attendu” : Valentin , le fils d’Yves Montand, évoque l’absence douloureuse de son père

0
23

Il est un peu sa dernière oeuvre. Yves Montand est mort le 9 novembre 1991 à l’âge de 70 ans mais, quelques mois plus tôt, il connaissait une joie immense, celle de devenir papa. Pour Valentin, le fils qu’il a eu avec Carole Amiel, le son de cloche est bien sûr différent. Le jeune homme n’avait que 3 ans quand il a perdu son père et il se souvient avec difficulté de ces quelques instants passés en famille.

Valentin Montand a toutefois fait un effort de mémoire pour écrire la préface d’un beau livre intitulé La force du destin, co-écrit par sa mère et Luc Larriba, sorti le 7 octobre dernier aux éditions La Martinière. “C’est toute la difficulté que j’ai avec mon père. Des images, beaucoup, mais aucun souvenir de lui, admet-il, dans les colonnes du journal Nice-Matin. Du coup, je me demande toujours si ces images, je les ai inventées à partir de photos que j’ai pu voir, ou si j’ai vraiment vécu ce que j’ai à l’esprit. Je pense, à la réflexion, qu’il est plus difficile de supporter une absence que de supporter le deuil lui-même.”

Ils n’avaient pas du tout prévu d’avoir un enfant

La naissance de Valentin fut une surprise pour un peu tout le monde. Pour Yves Montand, 67 ans à l’époque, surtout. “Je sais que je n’étais pas attendu, explique le fils et héritier de l’artiste. Pas du tout. Mon père avait son âge, ma mère ne l’envisageait pas, ils n’ont jamais pris le temps de réfléchir ; en fait, ils n’avaient pas du tout prévu d’avoir un enfant. Ma mère est tombée enceinte, malgré tout, ne pensant pas que cela pouvait arriver, et mon père était très mal avec l’idée que les gens pouvaient se faire de cette situation. Ca le gênait beaucoup.”

Valentin est, à son tour, papa d’une petite fille de deux ans baptisée Margot. En couple avec une certaine Florence depuis 5 ans, il suit les traces de son père à sa manière, loin du cinéma qu’il refuse de rejoindre, mais dans le monde merveilleux du jeu vidéo. Chef d’entreprise, il a crée l’école Interactive Art & Design, ou IAD-3D, à Montpellier, pour transmettre son goût de la fiction narrative. Dans cet univers, aucune comparaison ne sera effectivement possible entre Valentin et l’interprète des trois petites notes de musique...

Retrouvez l’interview de Valentin Montand dans le journal Nice-Matin du 14 octobre 2021.