Jean-Luc Guizonne confiné avec Charlotte Namura : “Cela soude notre couple”

0
207

En 2005, les téléspectateurs faisaient la connaissance de Jean-Luc Guizonne grâce à l’émission Star Academy. Depuis, le chanteur a fait un sacré bout de chemin. Depuis 2007, il incarne Mufasa dans la comédie musicale Le Roi lion et a joué plus de 2000 fois ce spectacle à travers le monde (et dans trois langues différentes), de Paris à Hambourg en passant par Singapour. C’est alors qu’il était en tournée en Écosse pour ce show que le papa de Maeva et Malcolm a appris que le spectacle serait interrompu à cause du Covid-19. De retour en France avec ses enfants et sa femme, la belle Chalotte Namura, le chanteur a accepté de nous révéler à quoi ressemble son quotidien de confiné.

À lire aussi

Où êtes-vous confiné et avec qui ?

Je suis à Villemomble en région parisienne avec ma femme et mes deux enfants.

À quoi ressemble une journée type de votre confinement ?

Pendant les vacances scolaires, c’est réveil à 12h pour toute la famille, c’est la première fois de ma vie que j’arrive à rester aussi longtemps au lit. Brunch en terrasse, activités en famille. Séance de sport suivie sur le live Instagram de @sissymua. Le soir, j’enregistre des chansons ou des voix off, avec le matériel nécessaire dont je dispose.

Comment la crise est-elle vécue en Angleterre ?

Il y a eu beaucoup de déni dans les premières semaines où la crise s’est déclarée en Europe. Les Britanniques ont été les derniers à fermer les lieux publics et à interdire les rassemblements. J’étais encore sur scène dans une salle de 3 000 personnes avec la troupe du Roi Lion en Écosse lorsque, dans le même temps, mes collègues de New York (Broadway), d’Espagne ou d’Allemagne avaient déjà stoppé l’exploitation du spectacle. Je n’étais pas très confortable face à cette ambiguïté. Dieu merci, nous avons pu retourner en France avec ma famille pile-poil avant la fermeture des frontières.

Avez-vous des proches qui ont été touchés par le virus ?

Malheureusement oui… C’était une femme bienveillante, lumineuse et à la fleur de l’âge. Nous n’en revenons toujours pas aujourd’hui et c’est difficile de vivre ces instants à distance de nos proches. Heureusement, mon beau-frère, qui lui est passé par tous les symptômes du Covid-19, va mieux aujourd’hui. Ce virus est réel…

Vous jouez dans le Roi Lion. Comment la nouvelle de l’interruption des représentations est-elle arrivée ?

C’était un mardi, jour de reprise après un lundi off. Toute la troupe a été convoquée au Playhouse d’Édimbourg où nous étions depuis trois mois pour une réunion d’urgence, sans obligation de présence, afin d’éviter un trop grand nombre de personnes. C’est notre company manager qui nous a annoncé l’arrêt temporaire de la tournée… Ce n’était pas une grande surprise, plutôt même un soulagement. C’était de plus en plus difficile de continuer de faire comme si de rien n’était. J’étais connecté avec l’actualité en France, donc j’avais un temps d’avance sur la triste réalité de cette crise sanitaire. Le confinement devait arriver tôt ou tard en Écosse également.

Avez-vous des craintes pour l’avenir de la comédie musicale?

Absolument aucune crainte. J’ai une chance incommensurable de faire partie d’une telle production dans un tel environnement et il faut en avoir conscience. Les Anglais sont les plus gros consommateurs d’Europe de comédies musicales. J’ai une pensée pour les productions plus modestes qui ne se relèveront probablement pas. Le milieu du spectacle devra rester solidaire et soudé après cette crise.

Qu’est-il prévu pour la suite ?

Disney vient de me proposer une prolongation pour une deuxième saison au Royaume-Uni, pour vous dire à quel point l’état d’esprit est positif, serein et optimiste pour la suite. Je suis impatient de continuer l’aventure. Travailler ici au Royaume-Uni est un de mes rêves les plus chers. J’ai hâte de pouvoir y retourner.

Est-ce que cette période de confinement est une source d’inspiration vers d’autres projets ou envies ?

Oui, ouvrir un barbershop (rires) ! Je me suis découvert une passion pour la coiffure. Après visionnage de plusieurs tutos sur YouTube, je suis heureux de pouvoir maîtriser l’autocoiffage et l’art du contour, ce qui fait également la joie de mon fils Malcom, qui a validé mon diplôme d’autodidacte entrepreneur (rires).

Parlez-nous de Tribu Arc-En-Ciel…

Tribu Arc-En-Ciel, c’est le premier single interprété par le collectif virtuel Our Song Band. Le projet est à l’initiative d’Hervé Benhamou, il est entièrement caritatif et bénévole, et tous les fonds seront reversés à la fondation des hôpitaux de France. C’est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal. Je suis très fier de pouvoir aider le personnel soignant à travers l’art et la musique. L’album est également en préparation. C’est très particulier de travailler dans ce contexte, à distance, avec des artistes et techniciens que je n’ai jamais rencontrés. Nous nous sommes vraiment réadaptés pour pouvoir apporter notre pierre à l’édifice.

Faites-vous du sport pendant le confinement ?

La scène demandant beaucoup d’énergie, j’essaie de garder un rythme physique. Mon fils est très sportif, il m’entraîne souvent dans ses séances de sport quotidiennes. On aime aussi beaucoup mêler quelques exercices de boxe à tout cela. Ça défoule énormément ! C’est aussi arrivé que l’on fasse tous les quatre une séance collective sur un live Instagram et c’est très sympa en famille !

Quelle est la chose que vous avez pris le temps de faire et que vous n’auriez jamais faite sans ce confinement ?

Le truc auquel on pense toujours sans en prendre le temps : trier mes albums photo et vidéo. C’est le moment ou jamais et ça permet à toute la famille de revivre de jolis souvenirs… Et aussi de retrouver des dossiers. (rires)

Comment vos enfants vivent-ils ce moment ? Comment cela se passe pour les cours à distance ?

Les enfants vivent finalement plutôt bien cette période. Ils sont sereins et prennent les choses avec calme. Nous sommes très fiers d’eux. Maeva, ma fille, est en première année universitaire en Île-de-France, elle maîtrise clairement son sujet et son projet professionnel. Son petit frère était avec nous au Royaume-Uni, il suivait donc déjà une scolarité par correspondance avec un organisme privé. Du coup, aucun changement dans ses habitudes d’apprentissage.

Le confinement est-il l’occasion de faire des occupations en famille ?

Il n’y avait que les vacances scolaires où nous nous retrouvions ensemble à quatre. Ce confinement est une opportunité de se retrouver ensemble H24 et on en profite, car ça ne durera pas. Nos occupations principales sont essentiellement artistiques : chorégraphie TikTok, réalisation de court métrage et shooting photo. On cuisine aussi pas mal ! Les enfants adorent tester et apprendre de nouvelles recettes.

Faites-vous des choses que vous ne faisiez plus tous ensemble ?

Le simple fait de rester tous les quatre dans le salon, devant un bon film, au calme, ce sont des moments rares, que l’on vit de plus en plus avec ce confinement.

Est-ce que cette période de confinement est synonyme de tensions dans votre couple ou, au contraire, cette période unique vous rapproche et pourquoi ?

Ce confinement vient définitivement souder notre couple. Charlotte est ma moitié, j’en avais déjà le coeur net depuis plusieurs années. Et le fait d’être comme cul et chemise avec ma femme 24h/24 me confirme davantage qu’elle est mon âme soeur.

Le 7 juillet prochain, vous allez célébrer votre troisième année de mariage. Le déconfinement aura sûrement eu lieu, allez-vous en profiter pour faire quelque chose de spécial ?

Si tout se passe bien, et j’espère que ça se profilera ainsi, je serai de retour au travail sur la tournée du Roi Lion, alors espérons que nous pourrons fêter cela au Millenium Center de Cardiff, notre prochaine destination avec la troupe.

Première chose que vous allez faire après le confinement ?

Justement… remonter sur scène ! Ça me manque énormément ! Et un bon resto avec ma femme.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.