Jean-Paul Belmondo “dans un état vraiment difficile” après son AVC : Michel Drucker évoque cette épreuve

0
10

Ce lundi 6 septembre 2021 est un triste jour pour le cinéma français. s’est “éteint tranquillement” à son domicile parisien comme l’a annoncé son avocat à l’AFP. Depuis, les hommages pleuvent sur la Toile, mais aussi à la télévision. A l’instar de Touche pas à mon poste, C à vous (France 5) a un peu bousculé sa programmation afin de rendre hommage à l’immense acteur. Son grand ami Michel Drucker notamment était invité pour évoquer ses souvenirs.

Je l’ai vu beaucoup récemment. Je suis allé à son anniversaire il n’y a pas tellement longtemps. Il m’avait dit : ‘Reviens me voir, mais vite.’ Il était très fatigué. J’ai tellement de souvenirs avec Jean-Paul“, a tout d’abord confié le présentateur de 78 ans. Il s’est ensuite remémoré le jour où il a fêté les 80 ans de celui que l’on surnommait Bebel, dans son émission phare Vivement Dimanche. “L’un des plus beaux souvenirs” de sa carrière.

Il y en a un autre qui a marqué Michel Drucker. En 2001, Jean-Paul Belmondo a été victime d’un AVC. “Je me suis réveillé en baragouinant. J’ai mis deux ans à pouvoir reparler alors que le médecin m’avait dit que je ne reparlerais jamais. J’y suis arrivé. Preuve que la volonté permet beaucoup de choses. Et pas seulement dans le cinéma !“, avait-il confié des années plus tard au Figaro Magazine. L’époux de Dany Saval sait bien ce par quoi il est passé depuis. Dans C à vous, il a expliqué qu’il était “dans un état vraiment difficile“. Il a l’a alors convaincu d’aller faire une rééducation, en Normandie. Mais cela n’a pas été simple.

Je l’ai emmené en hélico à Grandville. (…) Il est venu sur le balcon, il boitait beaucoup. On a ouvert sa valise et au deuxième étage du centre de rééducation, il y avait une infirmière qui poussait un handicapé. Il a regardé ça et il m’a dit : ‘Tu me ramènes sinon je te fais ma dernière cascade.’ Il n’a pas fait sa dernière cascade. Il est resté“, s’est-il remémoré. Et de préciser qu’il l’a de nouveau emmené là-bas une deuxième fois. Michel Drucker a voulu rappeler que c’était “un héros“. “Ce qu’il a vécu depuis quinze ans après son AVC terrible. On n’imagine pas ce qu’il a vécu… Et il a gardé le sourire tout le temps“, a-t-il conclu.