Jean-Paul Belmondo “en souffrance” avant sa mort : un acteur célèbre raconte…

0
10

Concernant la mort de éteint tranquillement”. Un doux départ pour celui qui était “très fatigué depuis quelque temps“. Un état de santé fragile sur lequelRichard Anconin est revenu, dimanche 12 septembre, sur le plateau de 20 h 30 le dimanche (France 2).

Face à Laurent Delahousse, Richard Anconina s’est d’abord remémoré sa première rencontre avec l’acteur. “On s’est rencontré pendant le film [Itinéraire d’un enfant gâté réalisé par Claude Lelouch, ndlr], donc c’était d’abord un partenaire. Puis c’est devenu très vite un ami puisqu’on était en Afrique et qu’en Afrique, dans la brousse, les liens se tissent“, a-t-il expliqué, nostalgique. Et de poursuivre sur son amitié avec Bebel, non sans admiration : “Après l’Afrique, on est resté amis et on a fait beaucoup de choses ensemble jusqu’à… jusqu’à y a pas longtemps. C’est une belle rencontre. Toutes les valeurs qu’il véhiculait m’ont toujours très touché, impressionné. Cet homme qui, pour moi, m’a accompagné depuis mon enfance. On est né, Belmondo existait, c’était vraiment une énorme star.

Jean-Paul était vraiment en souffrance

Attristé d’avoir appris la mort de son grand ami, l’acteur de 68 ans s’est ensuite un peu épanché sur son ressenti lorsqu’il a appris la mauvaise nouvelle. “Le jour où on a appris le décès de Jean-Paul, j’ai été impressionné, saisi, sonné, comme des millions de gens. C’est compliqué de se dire qu’il n’est plus là“, a-t-il déploré avant de poursuivre sur l’état de santé de Jean-Paul Belmondo : “Malheureusement, à la fin, au bout du chemin, Jean-Paul était vraiment en souffrance. Cet homme qui a représenté le physique, la force… c’était très compliqué pour moi de le voir comme ça“.

Victime d’un AVC en 2001, Jean-Paul Belmondo avait gardé quelques séquelles de ce terrible incident. Sur le plateau de C à Vous, lundi 6 septembre, Michel Drucker s’était également exprimé à ce sujet. “Je l’ai vu beaucoup récemment. Je suis allé à son anniversaire, il n’y a pas tellement longtemps. Il m’avait dit : ‘Reviens me voir, mais vite.’ Il était très fatigué“, avait-il partagé. Et de conclure : “Ce qu’il a vécu depuis quinze ans après son AVC terrible. On n’imagine pas ce qu’il a vécu… Et il a gardé le sourire tout le temps.”