Jean-Pierre Pernaut sous une “menace terroriste” : sa famille était sous protection policière

0
60

Jeudi 24 septembre 2020, Nathalie Marquay faisaient ses premiers pas dans Touche pas à mon poste (C8) en tant que chroniqueuse. Et elle a raconté une anecdote qui fait froid dans le dos à Cyril Hanouna et au reste de l’équipe.

À lire aussi

La joyeuse bande a évoqué les menaces que pouvaient recevoir les célébrités sur les réseaux sociaux. L’occasion pour l’épouse de Jean-Pierre Pernaut de dévoiler que sa famille avait été victime de menaces terroristes, en 2016. “Le 13 juin 2016, deux policiers se sont fait égorger, rappelle Nathalie Marquay, faisant référence à l’attentat de Magnanville lors duquel un couple de fonctionnaires du ministère de l’Intérieur avait péri à leur domicile. Ensuite, il y avait un papier avec des noms de journalistes, de célébrités en disant qu’ils vont égorger toutes ces personnes. Donc TF1 nous a mis des gardes du corps pendant trois mois et demi, 24 heures sur 24 pour protéger Jean-Pierre“, a raconté la belle brune de 53 ans. Une situation effrayante pour le couple et ses enfants Lou (née en 2002) et Tom (né en 2003).

Nathalie Marquay, son mari et ses enfants ne pouvaient plus sortir sans protection policière. Et les forces de l’ordre ne loupaient aucun détail. “Chez nous constamment dès qu’on sortait, la nuit chez nous, à l’extérieur. Dès qu’on partait de la maison, ils nous suivaient en voiture. Avant de monter dans ma voiture, ils regardaient dans ma voiture s’il n’y avait pas de bombes, ils ouvraient le coffre pour voir s’il n’y avait pas quelqu’un planqué dedans. Il y avait deux motards qui suivaient le bus d’école de mes enfants parce que j’avais pas trop envie qu’ils soient collés avec eux, donc ils surveillaient. Mes enfants ne pouvaient même plus aller dans les fêtes d’école, la fête de la musique, nulle part… Pendant trois mois et demi. C’est tombé pendant le mois de juillet, donc ils m’ont mis deux femmes gardes du corps et même pour aller aux toilettes, quand j’allais dans l’eau, elles me suivaient…“, a poursuivi Miss France 1987. Une période de leur vie qui restera à jamais traumatisante pour tout le monde.