Jessie Cave (Harry Potter) : Violée à 14 ans, ses révélations poignantes

0
66

Jessie Cave, qui a incarné le personnage de Lavande Brown dans Harry Potter, a fait des confidences poignantes lors du lancement de son podcast intitulé We Can’t Talk About That Right Now. Une émission qu’elle anime avec sa soeur cadette Bebe. Aujourd’hui âgée de 33 ans, la jeune femme est revenue sur le viol dont elle a été victime à 14 ans.

À lire aussi

Évoquant la difficile période de transition de l’adolescence vers l’âge adulte, les deux jeunes femmes se sont lancé de petites piques teintées d’humour. Mais, surtout, Jessie Cave, a fait des révélations très touchantes. Affirmant être celle des deux qui a eu la transition la plus compliquée, elle a déclaré : “Je veux dire, bon, j’ai été violée. Ça me donne la carte atout ! (…) Pour être juste, oui l’acné et les appareils dentaires, c’est pénible, mais je crois que le viol à 14 ans c’est vraiment mauvais. Par votre entraîneur de tennis, en qui vous aviez confiance et qui était donc en position de pouvoir“, a-t-elle lâché selon le site Metro. Alors que sa soeur Bebe – déjà au courant de cette triste révélation – détendait l’atmosphère en plaisantant sur le fait qu’au moins elle avait “de belles jambes“, l’actrice a montré qu’elle prenait les choses avec recul. “C’est vrai, j’étais fine et très douée avec une balle de tennis. Mais on a quand même tiré profit de moi. Il a été envoyé en prison, alors bon, c’est déjà ça“, a-t-elle ajouté.

Jessie Cave, enceinte de son troisième enfant avec Alfie Brown, a réussi à aller de l’avant, mais le chemin a été long et, heureusement, elle a pu compter sur le soutien sans faille de sa famille. “Mon viol a signifié que j’ai eu une adolescence complètement différente de la tienne, tout comme mon entrée dans la vingtaine, car en regardant rétrospectivement les choses, j’étais encore en train de guérir et ma découverte du sexe était complètement anormale par rapport à la tienne. Je crois qu’il y a encore des conséquences de cette période dont je ne prends conscience que dix-huit ans plus tard. En fait, plus le temps m’éloigne de ce drame – et cela va paraître atroce -, plus je me sens un peu chanceuse, pour plusieurs raisons, d’avoir connu un viol qui ne m’a pas détruite. Je crois que c’est quelque chose dont les gens ne parlent pas souvent quand il est question d’abus sexuels et de traumatismes“, a-t-elle ajouté.