Johnny Depp contre-attaque Amber Heard : le procès pourrait “durer des années”

0
63

On pensait pouvoir enfin passer à autre chose… mais non. Le procès intenté par Johnny Depp au journal The Sun a rythmé cet été 2020, à coups de détails sordides et d’histoires de caca. La décision de justice sera rendue à une date ultérieure, en septembre, mais le comédien n’est pas du tout prêt à lâcher l’affaire en attendant. Il semblerait qu’un deuxième round se prépare de l’autre côté de l’Atlantique. Selon les informations du Mail on Sunday, les avocats de la jeune femme seraient sur le point de recevoir, de la part de l’équipe juridique de son ex, certains documents. Ceux-ci contesteraient, notamment, le fait qu’Amber Heard ait souffert de violences conjugales pendant trois ans.

À lire aussi

Le mot de trop

Rien de très neuf à l’horizon. Pour la énième fois, Johnny Depp tente de renverser la vapeur en expliquant que c’est son ex-épouse qui s’est montrée brutale à son encontre. Il se serait rapproché du tribunal de l’État de Virginie avec un article datant du mois de décembre 2018 en poche. Dans cette courte tribune, publiée dans le Washington Post, Amber Heart s’était décrite comme une “personne publique“, sorte de “porte-parole dénonçant les violences conjugales“. L’actrice n’y citait pourtant pas le nom de son bourreau, prétendu ou non.

Ça pourrait encore durer des années

L’équipe d’Amber est vraiment nerveuse à propos de ce nouveau procès, explique un proche de la compagne de Bianca Butti. On dirait qu’il n’arrêtera jamais tant qu’il ne l’aura pas ruinée. Qu’importent les résultats du procès contre le Sun, elle est prête pour une seconde vague. Mais si Johnny gagne contre le Sun, il ne fera que continuer, et continuer. Ça pourrait encore durer des années.” À l’origine, la goutte qui avait fait déborder le vase Depp était le fait que la publication britannique l’ait traité ouvertement de “mari violent“, sans preuve ni procès. À croire qu’avec le héros de la saga Pirates des Caraïbes, il est plus prudent de tourner sept fois sa langue dans sa poche…