Johnny Hallyday : “Deux sortes d’hommes” ressurgit trois ans après sa mort, grâce à Laeticia

0
48

Une chanson “oubliée”. Deux sortes d’hommes, c’est le trésor musical laissé par Johnny Hallyday, presque par hasard. Le vendredi 9 octobre 2020, Laeticia Hallyday a publié le clip du titre inédit. Un titre dont personne ne soupçonnait l’existence. “Quand on a affirmé après la mort de Johnny qu’il n’existait plus d’inédits récents, nous étions de bonne foi“, a expliqué Bertrand Lamblot, le dernier directeur artistique de Johnny Hallyday au Parisien.

À lire aussi

On avait complètement oublié cette chanson. Elle dormait dans un disque dur. On l’a retrouvée il y a quelques mois“, ajoute-t-il. Ce single inédit, publié trois ans après la mort du rockeur, a été rendu disponible à minuit dans la nuit de jeudi à vendredi sur les plateformes de streaming. Un blues enregistré à l’été 2014, lors de l’enregistrement Rester Vivant. Deux sortes d’hommes avait pourtant été mixée et mastérisée, avant d’être supprimée de l’album à la dernière minute. “À tel point que la chanson figure malgré tout sur le livret de l’album“, confie même son compositeur, Daran, au Parisien. Le texte est signé du grand parolier Pierre-Yves Lebert. Dans l’album posthume Mon pays c’est l’amour, il avait déjà écrit la chanson 4 m², composée par Maxim Nucci.

Il faudra patienter jusqu’au 23 octobre prochain afin de découvrir le coffret spécial, Johnny : son rêve américain. En plus du titre inédit, on découvrira deux films : son dernier road trip à moto aux États-Unis en 2016, puis un documentaire sur sa tournée américaine de 2014. Des archives si précieuses qu’on doit à Laeticia Hallyday, très impliquée dans la mémoire de son défunt époux. “Laeticia s’est beaucoup impliquée. Warner ne fait rien sans elle. Elle a une vision, plein d’idées. C’est elle qui a pensé à la séance photo qui illustre le coffret. Ces photos avaient été réalisées pour l’album Rester vivant, mais écartées au profit d’autres clichés en noir et blanc“, a indiqué Bertrand Lamblot, toujours au Parisien.