Johnny Hallyday : Marc Francelet, son ami, son frère, son père… et son conseillé conjugal

0
250

Il a disparu subitement à la fin de l’année 2017. Le temps passe mais Johnny Hallyday a laissé un trou béant dans le coeur des Français. Heureusement, de nouveaux témoignages paraissent régulièrement pour faire revivre sa mémoire. Le journaliste Marc Francelet évoque notamment sa longue amitié avec le rockeur dans un ouvrage intitulé L’Aventurier, qui paraît ce 12 mai 2021 aux éditions du Cherche-Midi. Et on peut dire que son livre est un puit sans fond d’anecdotes méconnues à propos du regretté Taulier.

Marc Francelet faisait pratiquement partie de la famille. Il était également, quelque part, le conseiller conjugal de Johnny Hallyday. Comme le rappelle le magazine Paris Match, qui s’est procuré l’ouvrage en avant-première, le chanteur a maintes fois eu besoin de se confier à son ami. C’est bien simple, l’auteur a “vu défiler toutes ses femmes, même celles dont les prénoms se sont effacés.” C’est lui qui lui a présenté Brigitte Bardot sur la plage de Pampelonne, dans le Var. Encore lui qui a séché ses larmes quand Sylvie Vartan a abandonné la maison de Loconville, lassée des tables toujours occupées par des potes et des “joints” qui tournaient trop.

Il semait la zizanie avec une certaine perversité

Marc Francelet décrit Johnny Hallyday comme une personne “lâche dans ses décisions affectives, incapable de dire non, semant la zizanie avec une certaine perversité“. C’est ainsi que, quand le chanteur s’est marié à Laeticia Hallyday, en mars 1996 à la mairie de Neuilly, son ami et agent a désigné Guillaume Durand comme témoin. A plus d’une reprise, il l’a tiré d’affaire. Notamment le jour où Marie-Christine Vo, hôtesse sur un yatch loué par l’artiste, a porté plainte pour viol.

La fin d’une amitié

Les faits remontent au mois d’avril 2001. Convaincu de l’innocence de Johnny Hallyday – “Quand il y va trop fort sur la coke et les anabolisants ce n’est pas un foudre de guerre…” -, Marc Francelet a contacté Franz-Olivier Giesbert, le patron du journal Le Point, qui a dépêché deux investigateurs. Il a sauvé la mise de son ami en faisant sortir un article dans Le Point qui mettait à mal les méthodes d’Eric Montgolfier chargé du dossier. Johnny est ressorti blanchi de cette affaire et a fondu en larmes en remerciant son ami Marc.

Malheureusement un des mêmes journalistes a mis le doigt sur les “montages financiers hasardeux” de Johnny et de son beau-père André Boudou… et un article est sorti dans le même journal, quelques semaines après. Cela a signé l’arrêt de mort de leur relation si forte : “Je sais que c’est toi. Va au diable” a envoyé le Taulier par texto, mettant un terme à tant d’années de complicité.

Marc Francelet était un “ami“, un “frère“, “comme un père” pour Johnny Hallyday. Il n’a jamais plus adressé la parole au rocker, qui est décédé loin de lui le 5 décembre 2017. En apprenant cette disparition, le journaliste a pleuré un jour entier et n’a assisté aux hommages et à ses obsèques que depuis son salon, grâce à sa télévision.

Aujourd’hui, l’auteur de L’aventurier a 75 ans et ne laisse que peu de place aux regrets. Il a toutefois compilé ses souvenirs les plus forts, les meilleurs comme les pires, dans un livre à se procurer au plus vite…

Retrouvez toutes les informations sur Marc Francelet dans le magazine Paris Match.

L’Aventurier aux Editions du Cherche midi, le 12 mai 2021.