Johnny Hallyday : Un juteux business posthume, des millions rapportés

0
166

Paru le 19 octobre 2018, Mon pays c’est l’amour, l’ultime album de Johnny Hallyday, a rencontré un immense succès. Le disque s’est écoulé à 1,7 million d’exemplaires depuis sa sortie, faisant du rockeur le 5e plus gros vendeur au monde en 2018 (hors numérique). Dimanche, Le Parisien s’est penché sur l’autre marché posthume de Johnny : celui des rééditions, des live, des coffrets et des compilations que le public s’arrache.

À lire aussi

C’est un marché que se partagent Warner Music France, la dernière maison de disques de Johnny Hallyday, et Universal, sa maison historique. Les deux enseignes ont vendu environ 1 million de disques depuis la mort du chanteur, portant les ventes de l’année à 2,7 millions. Comme l’indiquent nos confrères, ce sont les compilations qui remportent le plus gros succès, tandis que quelques enregistrements cultes tirent leur épingle du jeu dans un catalogue colossal : Stade de France 1998, Sang pour sang (toujours sa meilleure vente avec 2 millions) ou encore 100% live à la tour Eiffel

Nous avons de quoi faire vivre l’oeuvre de Johnny pendant encore au moins dix ans

Cette année pour la première fois, Universal a réédité les 44 premiers albums studios de Johnny en CD et en vinyle. George de Souza, directeur du catalogue chez Universal, explique : “Mon collaborateur qui s’occupe du travail des rééditions passe 80% de son temps sur les enregistrements de Hallyday que nous possédons. Nous n’avons pas d’inédits mais énormément de versions différentes, de live. Nous sortons des disques à quelques milliers d’exemplaires juste pour les fans inconditionnels, à côté des compilations qui sont très rentables. Dans nos archives, nous avons de quoi faire vivre l’oeuvre de Johnny pendant encore au moins dix ans.

Thierry Chassagne, président de Warner, fait partie de l’équipe rapprochée autour de Laeticia Hallyday et Sébastien Farran, manager de Johnny, qui a permis de terminer Mon pays c’est l’amour dans le plus grand secret et de mettre en place l’incroyable dispositif pour sa sortie. Selon lui, les ventes de Johnny en 2018 sont à la hauteur de son talent : “[Cela prouve] que Johnny est un artiste exceptionnel, avec une carrière et un ancrage populaire unique. Cela met en lumière les décennies de communion avec son public.” Il ajoute qu’un nouveau public a même redécouvert Johnny ces derniers mois. À ce jour, pas d’annonce extravagante du côté de Warner qui réfléchit, avec les proches de Johnny Hallyday, à sortir une nouvelle version Deluxe de Mon pays c’est l’amour accompagnée d’un DVD d’images inédites.

Le Parisien estime que les ventes 2018 ont rapporté 7 millions d’euros aux héritiers du rockeur. Laeticia et ses filles ont pu toucher leur part de 62,2%. Rappelons qu’un acompte de 1,2 ou 1,5 million d’euros avait été versé au chanteur par Warner sur cet album livré fin novembre avant son décès… une somme à déduire donc.

Le reste, la part de David Hallyday et Laura Smet, a été gelé par la justice. Une nouvelle audience se tiendra le 22 mars au tribunal de Nanterre.