Julia Paredes révèle enfin pourquoi Maxime l’a quittée à 7 mois de grossesse (EXCLU)

0
9

naissance de l’un de ses enfants. Comment l’a-t-il vécu ?

Ce n’était pas le meilleur des accouchements le pauvre. Il a subi comme moi. Il n’avait qu’une hâte, c’était de voir le bébé sortir. C’était un grand moment d’émotion, il a été d’une aide très précieuse. Il était très gaga dès qu’il a vu son fils sortir. C’était beau de voir ça.

Comment vit-il les premiers mois de votre bébé ?

C’est un papa qui est très pris par son sport donc c’est vrai que pour le moment, on n’a pas vraiment le temps de passer des moments tous ensemble. On se croise parce qu’il va souvent au sport, il ne fait que voyager… Mais on espère que ça arrivera à la fin de ses compétitions. Quand il est là, bien entendu, il s’occupe de ses enfants. C’est un papa très gaga.

Effectivement, Maxime est un sportif de haut niveau et fait donc beaucoup de sport et très attention à son alimentation. N’est-ce pas trop difficile à vivre au quotidien ?

Ca a toujours été difficile. Avant, je ne voulais pas le comprendre, je me disais que ce n’était qu’un sport. Je lui faisais plein de reproches. Mais j’ai appris que c’était vraiment un sacrifice au quotidien. Je lui mets le moins de pression possible. C’est quand même un peu difficile au quotidien de vivre avec un athlète de haut niveau parce que je dois beaucoup gérer seule. Quand il est en compétition il ne mange pas beaucoup, voire quasiment rien. Il va souvent à la salle de sport. On ne peut pas trop dîner ensemble parce qu’il a des horaires précis. On a appris à vivre avec et quand il est en période off, c’est mieux pour avoir des moments en famille.

Lors de cette 2e grossesse, vous avez une fois de plus rompu avec Maxime. Que s’est-il passé ?

Il m’a quittée quand j’étais enceinte de 7 mois, mais tout en restant sous le même toit que moi. Il voulait me faire réagir parce que cette grossesse était tellement compliquée que j’étais horrible avec tout le monde, notamment avec lui. Je ne faisais aucun effort donc pour me faire réagir, il me disait qu’il ne m’aimait plus. Ce n’était pas vrai mais je pensais que si. Mais j’avais un espoir parce que sa famille me disait que s’il ne m’aimait vraiment plus, il serait parti. On s’est remis ensemble quelques semaines après la naissance de Vittorio.

Comment se passe votre relation depuis ?

Ca se passe très bien. On a pris un nouveau départ. Je comprends ce qu’il fait concernant le sport et inversement. On fait tout pour respecter ce que fait l’autre du coup, ça va beaucoup mieux. Il n’y a plus de disputes, il fallait juste faire une mise au point et nous installer correctement.

Certaines personnes se permettent de critiquer votre couple. Cela vous affecte-t-il ?

On a l’habitude au quotidien d’avoir des critiques sur plein de sujets donc ça ne nous affecte pas forcément. Les critiques qui m’affectent vraiment c’est par rapport aux enfants. Par exemple en ce moment, on dit que Vittorio est un peu gros. Ça m’énerve parce qu’il n’est pas gros. Il n’y a pas d’obésité chez les nourrissons. Et quoi qu’il arrive je préfère voir mon bébé comme ça plutôt qu’avoir un bébé qui n’arrive pas à prendre de poids.

Souhaiteriez-vous avoir un troisième enfant ?

Après l’accouchement de Vittorio, je me suis dit ‘plus jamais’ parce que j’ai eu très mal. Et au final on commence à en parler. Mais pas tout de suite parce que je veux profiter de mon bébé. On s’est dit peut-être quand il aura deux ou trois ans. Ca ne nous fait pas peur. Je suis faite pour être maman.

Contenu exclusif ne pouvant être repris sans la mention de Purepeople.com.