Julien Cohen : Sa femme Karine derrière son départ d’Affaire conclue ? Il en dit plus…

0
160

Annonce surprise il y a quelques jours ! Après quatre ans dans l’émission Affaire Conclue, Julien Cohen a décidé de tout arrêter. Si les fans du programme sont nombreux à être déçus, l’acheteur a dévoilé les raisons de ce choix. Et il faut croire que l’homme aux lunettes bleues a décidé de faire plaisir à sa femme.

C’est le clap de fin en ce qui me concerne pour Affaire Conclue (…) J’ai tourné 1557 émissions, j’ai vu 7204 personnes me présentant des objets, j’en ai acheté 1813, j’ai participé à 330 jours de tournage en 4 ans et demi, à raison de trois puis quatre et jusqu’à six émissions par jour. J’ai vécu une aventure extraordinaire“, avait-il déclaré en premier lieu au Courrier Picard. Mais, dans une vidéo postée sur Instagram le 25 décembre, l’acheteur qui a fait fortune en dit plus sur les vraies raisons de son départ.

En effet, il souligne de nouveau le rythme de travail difficile à tenir, lequel a mis à mal son couple. Il explique, face caméra : “Pendant ces quatre ans et demi, je me couchais tôt, j’avais une vie sociale un peu compliquée pour mon épouse parce que cela demande beaucoup d’énergie de tourner Affaire conclue. Et cette énergie, je la mettais sur le plateau au détriment de pas mal d’autres choses : pas de restaurants, pas de sorties le soir…” D’ailleurs, comme il le précise, cette décision de quitter Affaire conclue, a été prise avec sa femme.

A présent, il aura plus de temps à consacrer à Karine, son épouse depuis plus de vingt ans. Tous les deux sont très fusionnels. D’ailleurs, en plus de former un couple, ils font du business ensemble. En 2019, dans son livre autobiographique, La vie est un jeu (aux éditions Robert Laffont) il racontait au sujet de sa rencontre avec Karine : “Lorsqu’elle quitte mon bureau, longtemps après y être entrée, elle détient 15% des parts de la société, dont elle est devenue la directrice commerciale des ventes indirectes… et je suis tombé amoureux en moins de temps qu’il le faut pour le dire.