Juliette (Secret Story) “tabassée” en pleine rue : témoignage-choc et procès

0
45

Juliette Marsault, ancienne candidate de télé-réalité révélée en 2011 lors de sa participation à la cinquième saison de Secret Story, donne de ses nouvelles. Mercredi 7 octobre 2020, elle s’est saisie de son compte Instagram afin de raconter un mauvais moment, celui où elle a été agressée en pleine rue, il y a déjà trois ans de cela, en 2017 donc.

À lire aussi

Moi, je me suis fait harceler très très sale dans la rue. Je me suis fait tabasser, tabasser“, lance la jolie Juliette. Et cette agression n’a pas été sans conséquence ! Ces coups lui ont en effet causé plusieurs blessures de taille. “Fracture du nez, fracture de l’oeil, fracture de la mâchoire, traumatisme crânien“, cite-t-elle.

Juliette Marsault “toujours en procès” contre son agresseur

Une affaire dont elle ne peut révéler tous les détails pour une raison bien précise : elle est en ce moment entre les mains de la justice. “Je suis toujours en procès, cette histoire est en cours, donc je ne peux pas en parler plus que ça parce qu’ils sont tellement en manque de défense qu’ils seraient capables de retourner n’importe quel élément contre moi“, déplore celle qui avait pour secret d’être somnambule dans Secret Story. Et de poursuivre : “D’ici quelques mois, ce sera terminé, et bien évidemment je vais faire une vidéo là-dessus, et bien évidemment, je vais balancer le blase du mec.

C’est un fait d’actualité qui poussé l’ancienne amoureuse de Simon dans la Maison des Secrets à prendre la parole. La chanteuse Lola Le Lann a pris la décision d’annuler la sortie de son album, car l’un de ses auteurs est, selon nos confrères du Figaro, accusé de violences graves – la jeune chanteuse évoque de son côté des actes “effroyables et intolérables“. Et Juliette Marsault de féliciter la star pour sa prise de position : “Bravo, c’est extraordinaire. Je souhaite à tout le monde d’avoir le même niveau de conscience et d’engagement. On devrait toutes être comme ça, ne pas acheter, ne pas consommer, ne pas vendre des produits de violeurs, d’agresseurs.