Justin Trudeau, l’étoile ternie des libéraux canadiens

0
12
placeholder

Pari raté: Justin Trudeau, l’étoile des libéraux canadiens, rêvait de pouvoir réaliser un troisième mandat et de retrouver une majorité mais les Canadiens ne l’ont pas suivi. Réélu sans panache, sa légitimité est sérieusement entamée.

Déjà en 2019, sa réélection s’était faite dans la douleur après une entrée fracassante en politique quatre ans plus tôt. Mais cette fois-ci, Justin Trudeau pensait que sa gestion de la pandémie l’aiderait à être facilement réélu.

Toute la campagne a été un parcours du combattant pour l’ancien Premier ministre flamboyant qui promettait des “voies ensoleillées” au Canada en 2015, et déclenchait une “Trudeaumanie”. L’époque semble bien loin où le magazine américain Rolling Stone se demandait en première page en juillet 2017: “Pourquoi ne peut-il pas être notre président?”

Au tournant de l’été, rasé de près, Justin Trudeau affichait pourtant sourire et décontraction pour expliquer sa décision de provoquer des élections anticipées, estimant que son pays était à un “moment historique” en raison de la pandémie et qu’il fallait “donner la parole” aux Canadiens.

Très rapidement, les conservateurs dont le leader Erin O’Toole était pourtant largement inconnu du grand public, ont grappillé l’avance donnée aux libéraux dans les intentions de vote.

“Ce n’est plus le Trudeau qui présentait le renouveau en 2015, et encore, la pandémie l’a aidé, il doit à la pandémie d’avoir encore cette popularité”, estime Geneviève Tellier, professeure de sciences politiques à Ottawa.

“C’est plus grave qu’une simple usure due au pouvoir, c’est carrément de la déception. Il avait tant promis…”, ajoute-t-elle.

Même sur des thèmes comme “les changements climatiques ou la réconciliation avec les peuples autochtones” Justin Trudeau “n’a pas été le réformateur que beaucoup espéraient”, renchérit Maxwell Cameron, de l’Université de la Colombie-Britannique.

placeholder

Et finalement, pendant cette campagne en pleine pandémie, ce ne sont pas les images de bains de foule, qu’il affectionne tant, que les électeurs ont pu voir en boucle sur les télévisions, mais celles des manifestants qui lui hurlent insultes et menaces ou lui jettent des pierres.

– “Spectateur plutôt qu’acteur” –

Même lors des débats, Justin Trudeau n’a pas réussi à briller, subissant les tirs nourris de ses rivaux qui ont dénoncé sans relâche ses calculs politiques – surtout sa décision de déclencher des élections en pleine pandémie alors que le parlement fonctionnait – et son inaction en matière d’environnement ou de politique étrangère.

“Le Canada était un pays avec une forte personnalité sur le plan international, mais avec Trudeau on est plutôt dans le siège de spectateur que de l’acteur”, estime Jocelyn Coulon, chercheur en relations internationales et ex-conseiller de Justin Trudeau.

A son arrivée en 2015, le monde entier observe pourtant avec intérêt, voire admiration, les premiers pas au pouvoir de ce dirigeant multilatéraliste qui proclame que “le Canada est de retour” sur la scène internationale.

Né le 25 décembre 1971, Justin Trudeau, qui est le fils aîné du charismatique Pierre Elliott Trudeau, ex-Premier ministre mort en 2000, a étudié la littérature anglaise et les sciences de l’éducation, avant de chercher sa voie: boxeur amateur, moniteur de snowboard, professeur d’anglais et de français…

Il se lance finalement sur les traces de son père et entre en politique en 2007, se fait élire député de Montréal en 2008 puis chef d’un parti libéral en lambeaux en 2013.

Premier ministre, il fera du Canada le deuxième pays au monde à légaliser le cannabis, instaurera l’aide médicale à mourir, une taxe carbone, permettra l’accueil de dizaines de milliers de réfugiés syriens et signera une version modernisée de l’accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Mais son mandat est terni par une série de scandales qui vont brouiller son image. Fin 2017, ce père de trois enfants marié à Sophie Grégoire, ex-présentatrice de télévision, est montré du doigt par la Commissaire à l’éthique pour être allé à deux reprises aux frais de son hôte sur l’île privée de l’Aga Khan aux Bahamas.

placeholder

Un rapport officiel l’accuse en 2019 de conflit d’intérêts pour avoir fait pression sur sa ministre de la Justice afin qu’elle intervienne dans une procédure judiciaire contre une société québécoise, SNC-Lavalin, poursuivie pour corruption.

A quelques semaines de son cinquantième anniversaire, avec cette élection “la légitimité de Justin Trudeau risque d’être contestée au sein de son parti puisqu’il a raté son pari. Cela sera certainement son dernier mandat”, commente Félix Mathieu de l’université de Winnipeg.

“Reste à voir en plus combien de temps il va tenir avec un gouvernement minoritaire” dont la durée de vie est en principe autour de 18 à 24 mois.