Karin Viard maltraitée et ivre : elle se souvient d’un tournage démoniaque

0
79

Début de carrière difficile pour Karin Viard. Quand elle a accepté de tourner dans Les Victimes, en 1996, la comédienne avait 30 ans, mais une poignée de films, seulement, à son actif. Elle ne s’attendait certainement pas à ce que le titre de ce nouveau projet, mené à la baguette par le réalisateur Patrick Grandperret, soit prémonitoire. “J’ai été très mal traitée, a-t-elle raconté à Konbini. Donc, du coup, c’était très éprouvant. J’étais jeune actrice, j’étais perdue à Ouarzazate, dans le désert marocain. Le réalisateur me détestait et me torturait psychologiquement au quotidien…

À lire aussi

Le soir, je buvais pour essayer de m’alléger

Chaque jour, Patrick Grandperret s’en prenant à Karin Viard. “Alors, qu’est-ce qu’elle va nous faire cette petite actrice parisienne de merde ?“, aimait-il lui demander. Et forcément, face à une telle épreuve, elle a fini par craquer. Pour éviter de tout plaquer, elle s’est tournée vers la boisson. “C’était dur, franchement c’était très dur, se désole-t-elle. Comme je ne pouvais pas rentrer chez moi, le soir, je buvais pour essayer de m’alléger. Ce qui, évidemment, n’est pas une option extrêmement vertueuse. Donc c’était encore pire le matin, parce que je me réveillais avec des gueules de bois, moi qui bois très peu, pour essayer de me sortir d’une situation qui m’enlisait encore plus.