Kenza Saïb-Couton, sa mère touchée par la maladie : confidences touchantes sur sa greffe

0
17

Kenza Saïb-Couton semble commencer à apprécier de plus en plus ses échanges avec sa communauté Instagram. Régulièrement, elle prend la parole pour évoquer son quotidien, qu’il s’agisse de sa nouvelle vie de maman avec son fils Naël (né le 10 juillet 2021) ou de ses tournages pour Demain nous appartient. Mardi 19 octobre, c’est pour un sujet plus sérieux qu’elle s’est exprimée sur la Toile. En effet, la comédienne a souhaité sensibiliser les internautes sur les dons de moelle osseuse. Un sujet qui lui tient particulièrement à coeur pour une raison très personnelle.

Inscrivez-vous sur les registres de donneurs de moelle osseuse et devenez veilleur de vie. C’est très rapide et ça peut sauver une vie“, a-t-elle d’abord partagé. Et de confier : “Dans ma famille, ceux qui remplissent les cases en tout cas, on est inscrits sur les registres des veilleurs de vie parce que ma maman a reçu une greffe de moelle osseuse il y a quatre mois. Elle a eu la chance de trouver un donneur compatible, c’est une chance sur un million.” Kenza Saïb-Couton s’est ensuite montrée reconnaissante envers le “jeune homme de 25 ans” qui a fait un don à sa mère pour lui sauver la vie. “Il ne connaît évidemment pas ma maman, il s’est senti concerné et spontanément s’est inscrit sur les registres des veilleurs de vie“, a-t-elle indiqué.

Celle qui incarne Soraya Beddiar sur TF1 n’a en revanche pas apporté de précisions sur la maladie qui a touché sa maman et qui l’a contrainte à recevoir une greffe. Elle compte toutefois en parler plus en profondeur. “Ce n’était pas la manière dont j’avais imaginé aborder le sujet parce que je prépare du contenu plus complet à ce propos. Face à l’urgence de tellement de situations et de patients, j’ai du mal à rester silencieuse plus longtemps (…) Aujourd’hui, je sais ce que c’est que d’avoir un proche qui est maintenu en vie grâce aux dons des autres et je me sens un petit peu bête, mais bon, mieux vaut mieux tard que jamais !“, a-t-elle conclu espérant aider à son échelle.