La Chine traque les voyageurs en provenance de l’épicentre du virus

0
110

Délations rémunérées, interrogatoires serrés… Les natifs de Wuhan, la ville au coeur du nouveau coronavirus, sont parfois traqués dans le reste de la Chine comme des criminels.

Ce week-end, la fin des longs congés du Nouvel an lunaire a suscité de nouvelles inquiétudes, la population redoutant une recrudescence de la propagation du virus à la faveur du retour des habitants partis loin de chez eux.

A Pékin, certains quartiers se sont barricadés – parfois derrière des barrages improvisés – pour contraindre les visiteurs ou toute personne de retour à fournir l’historique de son voyage.

Un quartier de Shijiazhuang, une ville située au sud-ouest de Pékin, offre même 2.000 yuan (260 euros) pour tout signalement de personnes ayant été à Wuhan au cours des deux dernières semaines.

Dans certains quartiers et villages, les habitants revenant de la province centrale du Hubei, dont Wuhan est la capitale, sont ostracisés.

A l’entrée d’un quartier de Pékin, un agent de sécurité interrogé sur la politique qu’il applique aux personnes de retour du Hubei, ne cache pas que “même si vous vivez ici, vous ne pouvez pas entrer”.

Ils “pourraient ramener l’infection ici”, a-t-il soutenu à l’AFP et “si vous venez du Hubei, vous devez en informer le comité de quartier”.

– “Ni entrer, ni sortir” –

A travers tout le pays, des mesures radicales ont été prises ces dix derniers jours pour tenter de juguler l’épidémie qui a fait 361 morts dans le pays.

Sur les plus de 17.000 personnes contaminées détectées à travers le pays, 11.177 vivent dans la province du Hubei et sa capitale Wuhan coupées du monde depuis le 23 janvier.

Lundi, sur les 57 nouveaux décès enregistrés, 56 avaient eu lieu dans cette province. A titre de comparaison, Pékin n’a fait état que de 191 cas de contamination.

La semaine dernière, la commission sanitaire chinoise a appelé les villages à ne rien négliger pour vérifier où les personnes se sont rendues.

Si le Hubei est de facto en quarantaine, cinq millions de personnes auraient quitté la ville avant le Nouvel an lunaire, selon le maire de Wuhan.

Ainsi, un peu partout, les gouvernements locaux subissent des pressions pour expulser les personnes venant de la province du Hubei.

“Si je ne les connais pas ou s’ils traînent une valise, je leur demanderai de s’enregistrer”, explique une femme travaillant dans un complexe d’habitations à Pékin.

Une fois les personnes venant du Hubei ou de Wuhan recensées, elles font l’objet d’un contrôle strict. “Ils ne peuvent ni entrer ni sortir”, déclare Mme Xu Aimin, secrétaire du parti d’un quartier de Pékin. S’ils ont besoin d’acheter de la nourriture, le comité de quartier peut le faire à leur place, a-t-elle affirmé à l’AFP.

– “Notre ennemi est le virus” –

Les habitants venant du Hubei reçoivent également des appels téléphoniques quotidiens et doivent enregistrer leur température pendant une quarantaine de deux semaines, a-t-elle ajouté.

Selon Mme Xu, son comité de quartier, qui gère un complexe d’appartements représentant 2.400 ménages, a frappé à chaque porte pour vérifier le dossier des habitants.

“Nos informations viennent de la base”, souligne-t-elle à l’AFP, avant de préciser que le comité de quartier vérifie les antécédents de voyage.

“Nous voulons que chacun devienne une source d’information”, souligne Mme Xu. Si les habitants “ne font pas confiance à la personne d’à côté, ils doivent immédiatement appeler” le comité de quartier.

En dépit des mesures drastiques prises par Pékin, le virus s’est largement répandu à travers la Chine.

Dimanche, la métropole de Wenzhou, une ville portuaire de plus de 9 millions d’habitants située à quelque 800 km à l’est de Wuhan, a rejoint la liste des villes confinées.

Les autorités s’inquiètent cependant de cette manière de boucler certains quartiers à tout visiteur extérieur: Pékin a rappelé samedi aux responsables de quartiers qu’ils n’avaient “aucun pouvoir” pour empêcher les gens d’entrer une fois leur température contrôlée.

Cela n’a pas empêché Gou Hairong, une Pékinoise revenant de la province du Sichuan, de se voir refusé l’accès à son domicile.

Bloquée à la gare de Pékin-Ouest, la jeune femme de 24 ans est prête à repartir “s’ils ne me laissent vraiment pas rentrer”.

Ce rejet dont font l’objet les habitants du Hubei suscite des inquiétudes quant aux risques de stigmatisation.

“La manière dont vous considérez Wuhan, c’est ainsi que le monde verra la Chine”, a écrit une personne sur Weibo, la plateforme de microblogs Weibo.

Lucy Huang, une réalisatrice de documentaires vivant à Pékin et native de Wuhan, se dit “très blessée”. Cette femme de 26 ans a expliqué à l’AFP comprendre la nécessité de faire preuve de prudence, mais “notre ennemi a toujours été le virus et cela ne devrait pas être le peuple Hubei ou le peuple Wuhan”.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.