La dirigeante de Huawei remise en liberté par un juge canadien

0
193

Première publication :

Arrêtée le 1er décembre à Vancouver, la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei a été libérée sous caution. Elle doit porter un bracelet électronique en attendant une éventuelle extradition vers les États-Unis.

Un juge canadien a autorisé mardi la remise en liberté sous caution de la
directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, en attendant une audience d’extradition vers les Etats-Unis.

Meng Wanzhou, 46 ans, a été arrêtée le 1er décembre à au Canada alors qu’elle était en transit entre deux vols à l’aéroport de Vancouver.

Elle est la fille du fondateur de Huawei, société que les agences du renseignement américain présentent comme liée au gouvernement chinois.

Les Etats-Unis accusent Meng d’avoir dissimulé des liens existant entre l’équipementier télécoms chinois et une firme qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l’Iran.

Meng est passible de poursuites pour conspiration en vue de frauder de multiples institutions financières, avec une peine pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison pour chacun des chefs d’accusation qui la vise.

Lors de la nouvelle audience qui s’est tenue mardi dans un tribunal de Vancouver, le juge William Ehrcke a autorisé la remise en liberté de Meng Wanzhou contre une caution de 10 millions de dollars canadiens (6,6 millions d’euros) et sous
plusieurs conditions.

Il a été demandé à Meng de remettre tous ses passeports et ses documents de voyage, et d’accepter le port d’un bracelet électronique. Meng doit par ailleurs être accompagné par du personnel de sécurité lorsqu’elle quitte sa résidence de
Vancouver et doit respecter un couvre-feu entre 23h00 et 06h00.

Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.