La France remporte sa 10e Coupe Davis au bout du suspense

0
557

La France, poussée au cinquième match par la Belgique, s’est offert sa dixième Coupe Davis grâce à la victoire de Lucas Pouille devant Steve Darcis (6-3, 6-1, 6-0), dimanche à Villeneuve-d’Ascq.

Avec ce succès 3 à 2, les Français mettent fin à une série de trois défaites consécutives en finale (2002, 2010, 2014) et remettent la main sur le Saladier d’argent pour la première fois depuis seize ans.

Dimanche dans l’ébullition du Stade Pierre-Mauroy, tout s’est donc achevé sur une victoire logique de Pouille (23 ans, 18e mondial) face au vétéran Darcis (33 ans, 76e mondial).

Le jeune Nordiste, supérieur en puissance, n’a pas tremblé et a mis fin à la belle série de “Monsieur Coupe Davis”, surnommé ainsi en Belgique pour son efficacité, jusque-là totale, lors des 5e matches décisifs (5 victoires).

Pouille a bien géré la pression de ce dernier match et a dominé son adversaire dans tous les compartiments du jeu, lui mettant une grosse pression d’entrée. Il a empilé douze jeux d’affilée entre dans les deuxième et troisième manches.

Quelques heures plus tôt, le N.1 français Jo-Wilfried Tsonga avait cédé en trois sets contre le leader belge David Goffin après une première manche de haute volée (7-6 (7/5), 6-3, 6-2).

Le récent finaliste du Masters avait remis les deux équipes à égalité mais Darcis n’a pas réussi à enchaîner.

La Belgique devra elle patienter encore au moins un an pour s’offrir son premier Saladier d’argent. C’est son troisième échec en finale, le deuxième en trois ans après la défaite à Gand en 2015 face à la Grande-Bretagne d’Andy Murray.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.