La juge nommée par Trump à la Cour suprême sur le gril du Sénat

0
55

La juge Amy Coney Barrett, que Donald Trump souhaite voir entrer à la Cour suprême des Etats-Unis avant l’élection du 3 novembre, va essuyer mardi un feu roulant de questions au deuxième jour de son audition au Sénat.

La magistrate conservatrice de 48 ans, très appréciée de la droite religieuse, a été désignée le 26 septembre par le président républicain pour succéder à la juge féministe et progressiste Ruth Bader Ginsburg, décédée huit jours plus tôt.

Accompagnée de six de ses sept enfants, cette fervente catholique s’est présentée lundi au Sénat, chargé par la Constitution d’avaliser sa nomination.

A cette occasion, les 22 membres de la commission juridique, qui disposaient de 10 minutes chacun pour des déclarations générales, ont étalé leurs opinions aux antipodes sur sa candidature.

Les républicains, majoritaires à la chambre haute du Congrès, ont loué une juriste “brillante”, une femme “exceptionnelle”, une “superstar légale” qui, selon eux, saura défendre les libertés religieuses.

Les démocrates, qui ont peu de leviers pour bloquer sa confirmation, ont dénoncé une audition “irresponsable” en pleine pandémie, d’autant que trois sénateurs républicains ont été testés positif au Covid-19 en début de mois.

Ils ont également accusé Donald Trump et les républicains de mépriser les électeurs, dont plusieurs millions ont déjà voté par correspondance et dénoncé un processus de confirmation “illégitime” si près du scrutin.

– “Sa foi” –

Dans un pays où seuls un tiers de la population est athée ou sans religion, les démocrates se sont gardés d’attaquer la magistrate sur ses convictions religieuses qui, selon ses détracteurs orientent pourtant sa lecture du droit.

“Sa foi ne doit pas entrer en considération”, a insisté lors d’un déplacement de campagne Joe Biden, le rival de Donald Trump, lui-même catholique pratiquant.

Sa colistière, Kamala Harris, a comme les autres démocrates de la commission sénatoriale, opté pour un autre angle d’attaque: la défense de la loi sur l’assurance-santé de l’ancien président Barack Obama.

Les républicains ont tenté à plusieurs reprises, soit au Congrès soit devant la justice, d’abolir cette loi dite “Obamacare”, qui a octroyé une couverture maladie à des millions d’Américains.

Or, un de leur recours doit être examiné en novembre par la Cour suprême qui, à en croire les démocrates, risque de l’annuler si la juge Barrett participe à la décision.

Elle “a dit qu’elle voulait se débarrasser” de l’Obamacare, a assuré Joe Biden.

– “fantastique” –

Sans entrer dans ce débat, qui devrait revenir lors des séances de questions réponses mardi et mercredi, la magistrate a juré “d’appliquer la Constitution et les lois telles qu’elles sont écrites”, fidèle à la doctrine juridique dite du “textualisme” très prisée des milieux les plus conservateurs.

Ces derniers reprochent en effet à la Cour suprême d’avoir créé de nouveaux droits, comme celui des femmes à avorter ou des homosexuels à se marier, qui ne figuraient pas dans l’esprit des pères fondateurs du pays et espèrent que la nomination de la juge Barrett mette un terme voire inverse cette tendance.

Donald Trump, à la peine dans les sondages face au démocrate Joe Biden, mise donc sur sa nomination pour galvaniser ces électeurs de droite, souvent évangéliques ou catholiques traditionalistes.

“Elle va être une juge fantastique”, a-t-il prédit lundi soir lors d’un meeting en Floride, le premier depuis qu’il a été dépisté positif au Covid-19 le 1er octobre.

“Nous en sommes déjà à trois!”, a-t-il ajouté, en référence aux deux autres juges conservateurs, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh qu’il a fait entrer à la Cour suprême depuis son élection en 2016.

Si la juge Barrett les rejoint effectivement, le temple du droit comptera six juges conservateurs sur neuf, une solide majorité qui pourrait faire perdurer l’impact de Donald Trump sur les Etats-Unis au delà de sa (ou ses) présidence(s).

Le vote final du Sénat devrait sauf surprise se tenir la semaine prochaine.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.