La nomination du candidat démocrate en cinq questions

0
66

Avec ses curieux “caucus”, l’Iowa ouvrira lundi le bal des votes de la primaire démocrate. Voici, en cinq questions, ce qu’il faut savoir sur la course encore très ouverte pour désigner celui ou celle qui affrontera le républicain Donald Trump lors de la présidentielle américaine en novembre.

– La victoire aux septuagénaires?

Soif de renouveau, appel à refléter le vrai visage du pays: la course aux primaires démocrates a compté à ses débuts jusqu’à plus d’une vingtaine de candidats affichant une diversité inédite, avec des profils, origines et âges variés.

Mais à l’approche du premier vote dans l’Iowa, ce sont quatre septuagénaires, tous blancs qui sont en tête dans les sondages nationaux:

L’ancien vice-président Joe Biden, 77 ans, suivi du sénateur indépendant Bernie Sanders, 78 ans, puis de la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, 70 ans, et enfin de l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, 77 ans.

Dans les enquêtes d’opinion portant seulement sur l’Iowa, le benjamin de la course et ancien maire Pete Buttigieg, 38 ans, rejoint les trois premiers dans le peloton de tête.

Tous quatre évoluent dans une marge serrée, laissant planer une grande incertitude sur les résultats.

– Quatre Etats, quatre vainqueurs?

Grande popularité chez les ouvriers et agriculteurs du Midwest ou auprès des électeurs noirs et hispaniques: compte tenu des différents atouts de chacun, il est envisageable qu’un candidat différent remporte chacun des quatre premiers Etats à voter.

L’Iowa et le New Hampshire (qui votera le 11 février) sont en effet des Etats plutôt ruraux aux populations peu diverses tandis que les Latinos et les Noirs comptent pour une part importante de l’électorat, respectivement dans le Nevada (22 février) et la Caroline du Sud (29 février).

– Quelle identité pour le parti?

“Quel candidat est le mieux à même de battre Donald Trump?” Rongés par cette préoccupation centrale, les électeurs démocrates doivent choisir parmi des favoris clairement divisés entre une aile gauche plus radicale et une voie plus modérée.

C’est un “débat essentiel” qui anime le parti, a souligné le New York Times en expliquant pourquoi, pour la première fois de son histoire, il rompait avec la tradition en ne se ralliant pas derrière un seul prétendant à la Maison Blanche pour soutenir deux sénatrices: Elizabeth Warren, plus “radicale” et Amy Klobuchar, 59 ans, représentant l’axe plus “réaliste”.

Joe Biden et Pete Buttigieg portent comme cette dernière une vision plus centriste tandis que le socialiste Bernie Sanders prône une “révolution” politique.

– Une convention disputée?

Avec une course aussi serrée, il n’est pas exclu qu’aucun candidat n’arrive à la convention démocrate, le 13 juillet, avec assez de voix en poche.

Pour clamer victoire, un candidat devra afficher au moins 1.991 délégués, qui sont assignés proportionnellement aux prétendants à la Maison Blanche d’après le résultat de chaque vote des primaires.

On dénombre 3.979 délégués dits “assignés” à un candidat.

Mais si personne n’obtenait la majorité lors d’un premier tour, ces délégués deviendraient libres de voter pour quelqu’un d’autre.

Et quelque 770 “superdélégués”, des notables et élus du parti privés de vote au premier tour, entreraient en piste, avec le pouvoir de faire basculer le scrutin.

– L'”impeachment”, quel impact?

Le début des primaires démocrates lundi risque de se télescoper avec le procès historique du président Trump tenu depuis fin janvier au Sénat, à Washington.

A procédure historique, impact inédit: quatre sénateurs ont été retenus à Washington pour la majeure partie de la fin de campagne dans cet Etat où le contact personnel avec les électeurs est essentiel: Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Amy Klobuchar et Michael Bennett.

Dans un pays extrêmement divisé, l’inculpation au Congrès de Donald Trump fin décembre pour abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès n’a pas fait bouger les lignes partisanes.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.