La sécurité du réseau ferroviaire britannique contrôlée après le déraillement en Ecosse

0
42

Le gouvernement britannique a ordonné jeudi un contrôle de la sécurité du réseau ferroviaire après le déraillement d’un train dans le nord-est de l’Ecosse, “probablement” lié à un glissement de terrain, qui a causé la mort de trois personnes.

Le train de 06H38 (05H38 GMT) parti d’Aberdeen en direction de Glasgow a déraillé mercredi près de Stonehaven, à environ 25 kilomètres au sud d’Aberdeen. La zone avait été touchée par de fortes pluies qui ont provoqué des inondations et des glissements de terrain.

“Nous voulons absolument tirer toutes les leçons d’une tragédie comme celle-ci”, a dit le ministre britannique des Transports, Grant Shapps sur les lieux de l’accident. “Ce qui s’est passé ici est horrible et nous devons en comprendre la cause. Il semble que ce soit probablement lié à un glissement de terrain”, a déclaré M. Shapps sur Sky News.

Il a demandé à Network Rail, qui gère le réseau ferroviaire, de contrôler immédiatement l’état du réseau et de lui adresser dès le 1er septembre les premières conclusions d’un rapport sur la sécurité de l’ensemble du réseau britannique.

Douze personnes se trouvaient dans le train, ont rapporté des médias, un petit nombre dû en partie aux restrictions de déplacements imposées la semaine dernière après une résurgence des cas de nouveau coronavirus à Aberdeen.

Trois personnes ont été déclarées mortes sur place par les secours, qui avaient été appelés à 09H43 heure locales (08H43 GMT). Il s’agit du conducteur, un homme de 45 ans père de trois enfants, d’un autre cheminot et d’un passager.

Six autres ont été transportées à l’hôpital avec “des blessures qui heureusement ne sont pas considérées comme graves”, a fait savoir mercredi la police des transports britannique dans un communiqué.

La Direction des enquêtes sur les accidents ferroviaires a indiqué avoir envoyé une équipe d’inspecteurs sur les lieux de l’accident et lancé une enquête.

– “Episodes très intenses” –

Si le réseau ferroviaire britannique est connu pour ses retards et problèmes de gestion –conduisant à des renationalisations de lignes ces dernières années–, il est réputé plutôt sûr et le dernier déraillement mortel remontait à 2007.

Le ministre écossais des Transports Michael Matheson a souligné que la crise climatique posait de plus en plus de problèmes.

“Le réseau ferroviaire est confronté à des défis croissants sur différents tronçons, pas seulement ici en Écosse mais dans tout le Royaume-Uni, en raison du nombre croissant d’épisodes météorologiques localisés très intenses qui ont un impact significatif sur l’infrastructure”, a-t-il déclaré vendredi à BBC Scotland.

Network Rail a dit travailler avec des météorologues pour améliorer l’information sur des événements météo inattendus comme des inondations, qui peuvent intervenir très rapidement.

La reine, le Premier ministre britannique Boris Johnson et la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon ont rendu hommage aux victimes.

Elizabeth II se trouve actuellement dans sa résidence de Balmoral en Ecosse, à environ 75 kilomètres des lieux de l’accident. Elle a fait part de sa “grande tristesse” et adressé ses “pensées et ses prières”, ainsi que celles de son époux, le duc d’Edimbourg, aux familles de victimes.

Interrogé sur Sky News mercredi soir, Boris Johnson a demandé à ce que la police des transports “découvre exactement ce qui s’est passé” afin de “s’assurer que rien de tel ne se reproduise” à l’avenir.

Les secours ont rencontré des difficultés d’accès sur les lieux, un vallon boisé. Quatre pompiers ont été légèrement blessés pendant l’intervention, ont indiqué les pompiers écossais.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.