L’Amérique centrale frappée par un ouragan puis un séisme puissant

0
711

Presque à la même heure jeudi, un ouragan avec des vents de jusqu’à 175 km/h et un séisme de magnitude 7 ont frappé les deux flancs de l’Amérique centrale, obligeant plusieurs pays à se déclarer en état d’urgence.

La secousse, dont on ignorait à 20 h GMT si elle avait fait des victimes, s’est produite à 18 h 43 GMT dans l’océan Pacifique, à environ 120 kilomètres au large des côtes du Salvador et à une profondeur de 33 kilomètres, selon l’institut géologique américain USGS, qui avait annoncé dans un premier temps une magnitude de 7,2.

Le tremblement de terre a également été ressenti au Nicaragua et au Costa Rica.

L’alerte au tsunami lancée par précaution par les gouvernements du Salvador et du Nicaragua a été levée. Ils avaient demandé aux habitants des régions côtières d’évacuer la zone, même si de son côté l’USGS avait indiqué qu’il n’y avait pas de menace de vagues d’ampleur anormale.

Au Nicaragua, le président Daniel Ortega a déclaré l’état d’urgence en raison du séisme et de l’ouragan Otto, qui avait touché terre dans le sud-est du pays à peine une heure plus tôt, entraînant aussi des pluies intenses et des vents violents dans le nord du Costa Rica.

Frappant la côte Caraïbe de l’Amérique centrale, Otto a déjà fait huit morts au Panama, et le président du Costa Rica, Luis Guillermo Solis, avait décrété dès mercredi l’état d’urgence.

Avec des vents allant jusqu’à 175 km/h selon le Centre américain des ouragans (HNC), Ottosuit la trajectoire prévue, d’est en ouest le long de la frontière entre les deux pays, et devrait baisser en intensité dans les prochaines heures pour devenir une tempête tropicale, a expliqué le météorologue Werner Stolz, de l’Institut météorologique national (IMN) à San José.

Les autorités du Costa Rica ont précisé avoir reçu environ 900 rapports d’incidents comme des chutes d’arbres ou des toits de maison envolés.

Dans cette région pauvre et généralement mal préparée aux désastres naturels, l’ouragan a touché terre à 7 kilomètres au nord du village nicaraguayen de San Juan del Norte, près de la frontière costaricienne.

«Le vent est très fort et il pleut beaucoup depuis jeudi matin. Nous avons vu tomber les toits de maisons de voisins», a raconté à l’AFP Aldrick Beckford, habitant du village.

«Les rafales de vent sont impressionnantes, il y a des câbles (électriques) et des arbres par terre», a témoigné le journaliste Juan Cortez de Canal 4.

Au Costa Rica, les villages frontaliers continuaient de se préparer au pire alors que l’ouragan devait avancer vers ce pays dans les prochaines heures.

Dans la petite ville de La Cruz de Guanacaste, qui compte 24 000 habitants, les commerces avaient fermé leurs portes, certains d’entre eux protégeant leurs fenêtres avec des panneaux de bois, selon les images retransmises à la télévision.

Les deux pays d’Amérique centrale ont ordonné l’évacuation de la population le long de la côte Caraïbes, fermé les écoles et mobilisé les équipes de secours pour faire face aux urgences.

Otto, qui devrait balayer le Costa Rica et le Nicaragua pendant environ 36 heures, va entraîner des pluies qui vont «vraisemblablement provoquer des inondations éclair et des glissements de terrain», selon le NHC.

Source : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.