L’amour est dans le pré 2021 : Une prétendante balance sur sa rivale et les coulisses

0
104

Chaque lundi, les téléspectateurs de M6 peuvent découvrir les aventures des agriculteurs de Franck, un sylviculteur et maraîcher de 47 ans. Et si l’ambiance semblait être au rendez-vous entre Cécile, (43 ans), qui travaille dans un laboratoire d’analyses sensorielles, et Anne-Lise, une professeure de lettres de 40 ans, il n’en serait rien.

Depuis le début de l’aventure, la prétendante comparée à Line Renaud se plaît à dévoiler les coulisses de son aventure sur son compte Instagram. L’occasion de découvrir qu’elle n’a pas réellement bien vécu le premier jour chez Franck. Si devant les caméras tout semblait bien se passer, Cécile était pourtant tracassée à cause de sa rivale. A la fin de la journée, elle a expliqué qu’elle était fatiguée et qu’elle avait intégré beaucoup d’informations. Le 3 octobre, elle en a dit plus sur Instagram : “Je me suis aperçue que chacun avait sa réalité et que l’évolution du trio n’allait pas être de tout repos.

Cécile était convaincue qu’entre Franck et elle, c’était “une évidence” et que rester elle-même suffirait. Mais elle s’est vite rendue compte que pour l’agriculteur, elle était la femme forte et sa concurrente “le petit oisillon fragile“. “Et la femme forte n’a semble-t-il pas besoin d’avoir les mêmes attentions“, a-t-elle précisé. Mais à en croire la quadragénaire au regard revolver, Anne-Lise cachait bien son jeu. La preuve en est avec ce qu’elle a dit lors de son interview de fin de journée : “Et à entendre le dernier interview d’Anne-Lise dont les poèmes se sont suivis d’un ‘ils s’entendent bien mais je ne vais pas tenir la chandelle entre eux. Cécile elle a des rires pas naturels. Elle c’est la grande gueule et moi la grosse tête. Je reste zen même si je ne tolère ni que l’on me manque de respect ni le manque d’authenticité. Je m’étais préparée émotionnellement mais j’appréhende un peu la seconde journée en espérant que les outils ne seront pas plus coupants et maladroits que les mots… une distance respectable s’impose.