L’armée israélienne en Allemagne, une première sous le signe de la mémoire

0
49

L’armée de l’air israélienne a entamé cette semaine des entraînements en Allemagne, une première marquée mardi par des commémorations dans l’ancien camp nazi de Dachau et de la sanglante prise d’otages des Jeux Olympiques de Munich en 1972.

Les chasseurs allemands et israéliens participent jusqu’au 28 août à des exercices conjoints, baptisés “Blue wings 2020”, les seuls menés à l’étranger cette année par Israël en raison de la pandémie de coronavirus.

Ces entraînements communs constituent une “première” entre les deux pays sur le territoire fédéral, salue l’armée de l’air allemande, la Luftwaffe.

Et pour de nombreux soldats israéliens, ils revêtent une importance symbolique 75 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale.

– “Très émouvant” –

Il s’agit d’un “événement très émouvant pour tous” les participants, explique à l’AFP, sous couvert d’anonymat, un officier israélien, petit-fils d’un survivant de la Shoah.

Au cours des dernières années, les forces armées des deux pays se sont “nettement rapprochées”, souligne-t-il, citant notamment des échanges de renseignements et des exercices conjoints en Israël.

L’armée de l’air allemande a ainsi participé à des exercices conjoints en 2019 dans le désert israélien du Néguev.

Parmi les pilotes israéliens figurent plusieurs descendants de victimes du génocide perpétré par les Nazis, dont certains sont passés par le camp de Dachau, créé en 1933 et qui a servi de modèle à nombre de camps érigés par la suite.

La délégation israélienne participera mardi à une commémoration avec la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, sur le site du mémorial du camp bavarois.

Les deux délégations déposeront une gerbe au mémorial du camp, un des symboles de la barbarie nazie. Le petit-fils d’un survivant de la Shoah prononcera un discours, avant une prière dite par le rabbin Mendel Moraity.

Le “signe émouvant de notre amitié aujourd’hui est que pour la première fois de notre histoire, nous volions côte à côte avec l’armée de l’air israélienne”, résume le général allemand Ingo Gerharz.

“Notre mission aujourd’hui est de combattre l’antisémitisme avec la plus grande fermeté”, ajoute ce haut-gradé allemand.

– Résurgence de l’antisémitisme –

L’Allemagne connaît cependant ces dernières années une nette résurgence de la haine des Juifs.

Les forces armées sont elles-mêmes montrées du doigt pour l’appartenance de certains de ses membres, dont des soldats d’élite, à la mouvance néonazie.

L’armée allemande a ainsi annoncé fin juin la dissolution partielle de ses forces spéciales, suite à plusieurs scandales sur leur proximité avec l’extrême droite.

Les deux armées rendront aussi hommage aux victimes de la sanglante prise d’otages lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972 par le groupe palestinien Septembre Noir.

Une escadrille germano-israélienne survolera ainsi mardi la base aérienne de Fürstenfeldbruck, lieu du dénouement tragique où avaient trouvé la mort la majeure partie des onze athlètes israéliens tués lors de la prise d’otages.

Outre ces commémorations et sur un plan strictement militaire, Israël va déployer pour ces exercices conjoints sur la base aérienne de Nörvenich six avions de chasse F-16 “Barak”, deux Boeing 707 et deux Gulfstream G-550.

Les deux armées de l’air participeront notamment, avec d’autres pays membres de l’Otan, à des manoeuvres dans le cadre de l’exercice international “MAG Days”, organisé quatre fois par an.

Les forces aériennes aussi effectueront des dizaines de vols simulant des combats entre avions, des opérations air-sol ou contrant des menaces sol-air.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.