Laurent (L’amour est dans le pré) abattu : sa compagne Maud évoque son mal-être

0
62

Depuis plusieurs semaines maintenant, Maud et Laurent se trouvent dans une impasse. Comme nombre d’agriculteurs, ils ont souffert de la sécheresse cette année, qui a fortement dégradé leurs terres. En difficulté financière, le couple formé grâce à L’amour est dans le pré, est donc contraint de demander de l’aide. Ainsi, une cagnotte a été lancée et des événements, comme la kermesse du week-end dernier, sont organisés, dans le but de récolter le plus d’argent possible. Des initiatives dont aurait préféré se passer Laurent, qui a du mal à supporter l’idée de ne pas s’en sortir seul.

À lire aussi

Lors d’une interview accordée à Télé Loisirs, sa pétillante compagne Maud, se confie sur son mal-être. “C’est compliqué pour Laurent, car c’est la cinquième génération. Pour lui, c’est un échec de se dire qu’il n’y arrive pas. Mais c’est compliqué pour tout le monde. On a la force de continuer, on se bat. Il faut essayer. Je suis sûre qu’on va y arriver… mais on a besoin d’un coup de pouce. (…) Pour Laurent, c’est toute sa vie ! Il y a toujours vécu, son père y a passé son enfance. On ne peut pas tout lâcher et vendre. Cela ferait mal au coeur. On tente donc le tout pour le tout.

Dans la tourmente, les amoureux apparaissent cependant plus unis et complices que jamais, notamment grâce au tempérament optimiste de Maud. Le même tempérament qui l’a poussée à tout quitter pour vivre avec celui qui fait battre son coeur. “Je suis une fonceuse. Si je me plante, je rebondis. D’ailleurs, quand j’ai décidé de venir m’installer chez Laurent, je l’avais vu, en cumulé, un mois peut-être. Tout le monde, sauf ma famille, m’a prise pour une folle. Mais j’en avais besoin. Je dis toujours que si je n’essaie pas, je ne saurai jamais. J’ai donc pris la décision de quitter mon travail et de venir dans la région. Cela aurait pu ne pas fonctionner. Aujourd’hui, je tiens à ce que l’on sauve la ferme.

Maud et Laurent ont besoin de 53 000 euros pour sortir la tête de l’eau. À l’heure où nous écrivons ces lignes, 10 120 euros ont été récoltés. Il reste une quarantaine de jours pour participer.