Laurent Ournac, ex-obèse inquiet : “Il peut y avoir une hérédité”

0
177

Laurent Ournac a toujours été très transparent concernant ses problèmes de poids. Atteint d’obésité morbide, la vedette de Camping Paradis (TF1) a longtemps pesé jusqu’à 142 kilos. Une condition qui mettait sa santé à risque et c’est pourquoi il a eu recours en 2015 à une opération qui a changé sa vie. Grâce à une sleeve gastrectomie – qui consiste à retirer 75% à 80% de l’estomac –, il a perdu pas moins de 60 kilos. Beaucoup mieux dans son corps aujourd’hui, il continue malgré tout de lutter pour se maintenir en forme.

À lire aussi

Lors d’une interview accordée à Gala, et parue ce jeudi 23 avril 2020, le comédien de 39 ans se livre sans détour sur son quotidien particulier. “C’est compliqué, je me bats encore. J’étais passé à 82 kilos après ma sleeve gastrectomie, en ce moment, je suis à une centaine de kilos. J’ai toujours des tentations“, confie-t-il. S’il pensait être en paix avec son corps avant son opération, force est de constater que Laurent Ournac se mentait à lui-même. “Vous savez, j’ai été l’un de ces gros qui parle ainsi : ‘Ça va, je vais bien, je m’aime comme je suis.’ Mais au fond, ce n’était pas très honnête. (…) En plus, j’avais de l’hypertension et j’étais sujet à l’apnée du sommeil. Ce n’est pas être grossophobe que de constater que l’obésité morbide est une maladie qu’on doit soigner. Alors je continue de m’en préoccuper.”

Aujourd’hui, Laurent Ournac est davantage éduqué sur le sujet de l’alimentation. Une chance qu’il n’a pas eu lorsqu’il était enfant, la faute à la génération “malbouffe” dont ont fait partie ses parents. “Leur génération, elle, a plongé dans l’univers des plats préparés, sous vide : lasagnes congelées, pizzas, moussaka, chili con carne… Tout ce que l’on pouvait trouver de tout prêt à manger, mes parents l’ont acheté. Et j’ai été rond dès mon enfance.” Mais s’il ne souhaite pas reproduire les erreurs du passé, l’ancien animateur de Danse avec les stars ne compte pas non plus transmettre ses propres craintes à ses enfants, Capucine (7 ans) et Léon (1 an). D’autant plus que son aînée se pose des questions. “A 7 ans, ma fille a dit au pédiatre qu’elle se trouvait un peu grosse, ce qui est faux. De toutes façons, je dois veiller à ne pas angoisser mes enfants avec le poids, même si, évidemment, je veille. Il peut y avoir une hérédité“, déclare-t-il à nos confrères.