Le chef du Hamas loue la “résistance” en Cisjordanie après des attaques anti-israéliennes

0
65

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh a salué dimanche la “résistance” palestinienne en Cisjordanie occupée dans un discours devant des dizaines de milliers de personnes, en référence aux récentes attaques meurtrières contre des Israéliens.

“Nous plaçons nos espoirs dans la Cisjordanie qui est l’endroit principal où se déroulent les événements et l’endroit le plus approprié pour résoudre le conflit avec notre ennemi sioniste”, a affirmé M. Haniyeh, à l’occasion du 31e anniversaire de la fondation du Hamas dans la ville de Gaza.

“La Cisjordanie s’est dressée avec gloire, force et habileté comme si elle voulait dire à notre peuple à l’occasion de l’anniversaire glorieux qu’elle était avec la résistance, en harmonie totale”, a-t-il ajouté.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du mouvement islamiste à la tête de la bande de Gaza, ont défilé en tenue militaire et armés, entourés de véhicules entièrement peints en kaki.

Dans un communiqué, elles avaient revendiqué jeudi deux attentats en Cisjordanie occupée, l’un a tué deux Israéliens le 7 octobre et un autre il y a une semaine qui a fait sept blessés dont une femme enceinte. Son bébé, mis au monde prématurément, n’a pas survécu.

Israël avait annoncé avoir tué dans la nuit ceux qu’il présentait comme les auteurs de ces attaques.

Le même jour, une troisième attaque en Cisjordanie occupée a tué deux soldats israéliens.

En représailles, les forces israéliennes ont dressé des barrages, bouclé Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne et arrêté une quarantaine de personnes liées au Hamas selon elles. Deux Palestiniens ont été tués, un adolescent lors d’affrontements et un homme de 60 ans au cours de ce que l’armée israélienne a décrit comme une attaque à la voiture bélier.

Le Hamas est largement muselé en Cisjordanie, à la fois par Israël et par l’Autorité palestinienne, à couteaux tirés avec le mouvement islamiste depuis qu’il a chassé le Fatah, parti du président palestinien de la bande de Gaza en 2007, lors d’une quasi-guerre civile.

Lors de cette célébration, Ismaïl Haniyeh a de nouveau appelé à reconstruire “d’urgence” l’unité nationale palestinienne.

La température est montée en Cisjordanie au moment où elle retombait à Gaza, territoire distant de quelques dizaines de kilomètres et gouverné sans partage par le Hamas, qui refuse l’existence d’Israël. Le mouvement islamiste et l’Etat hébreu se sont livrés trois guerres depuis 2008.

Des mois de violences ont causé la mort de plus de 230 Palestiniens à Gaza avant que le Hamas et Israël ne concluent un cessez-le-feu le 13 novembre.

Le Hamas a fêté son 31e anniversaire sous le slogan “Résistance victorieuse et siège brisé”, en référence aux maigres concessions obtenues après des mois de manifestations pour la levée du blocus: le paiement des salaires des fonctionnaires grâce à des fonds qataris et des livraisons de carburant par l’émirat du Golfe.

Dimanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mis en garde le Hamas, affirmant qu’Israël n’accepterait “pas une situation de trêve à Gaza et de terrorisme” en Cisjordanie occupée.