Connect with us

Le Kremlin ne voit “aucune perspective de normalisation” dans ses relations avec Washington

Dépêche

Le Kremlin ne voit “aucune perspective de normalisation” dans ses relations avec Washington

Mercredi, le Kremlin a affirmé ne voir “aucune perspective de normalisation” dans ses relations avec les Etats-Unis.

Le Kremlin a affirmé mercredi ne voir “aucune perspective de normalisation” dans ses relations avec Washington, après des élections de mi-mandat qui ont débouché sur un Congrès divisé, relevant que Donald Trump restait son interlocuteur.

“Nous n’observons à l’horizon aucune perspective radieuse de normalisation dans les relations russo-américaines. Mais cela ne signifie pas que nous ne voulons pas de dialogue”, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

“Nombreux problèmes”

“Nous sommes confrontés à de nombreux problèmes qui exigent une communication entre la Russie et les Etats-Unis: des problèmes de stabilité stratégique, de contrôle des armements. Sans dialogue, ces problèmes ne se régleront pas tout seuls”, a-t-il ajouté.

Les relations entre Moscou et Washington, qui traversent une période de vives tensions, sont notamment plombées par des divergences persistantes sur le conflit en Syrie, l’Ukraine ou encore les accusations d’ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016, accusations que la Russie rejette.

Un seul homologue

Interrogé sur le résultat du vote de mardi, à l’issue duquel les démocrates ont gagné la Chambre des représentants mais perdu du terrain au Sénat, Dmitri Peskov a jugé qu’il était “peu probable” que cela “complique encore” les relations entre Moscou et Washington.

“Est-ce que c’est pire ou mieux, c’est aux Américains de décider. Nous n’avons pas le moindre désir de nous immiscer”, a-t-il ajouté.

“Le président Poutine a un homologue: le président Trump. C’est tout. C’est à eux de continuer à dialoguer”, a-t-il poursuivi.

Rencontre le 11 novembre à Paris

Les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump, pourraient se rencontrer en marge du sommet du G20 à Buenos Aires les 30 novembre et 1er décembre.

Les deux hommes devraient également se croiser le 11 novembre à Paris lors des commémorations de la fin de la Première guerre mondiale, sans tenir de rencontre formelle.

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top