Le Meilleur Pâtissier : Une candidate a déjà travaillé avec un membre du jury

0
107

Pour la deuxième semaine consécutive, M6 a diffusé la nouvelle saison du Meilleur Pâtissier, les professionnels. Cette année, ce sont des binômes qui s’affrontent et qui se soumettent aux jugements de Cyril Lignac, Pierre Hermé et Jean-François Piège. Louise et Pascaline forment l’un d’entre eux et se présentent comme les copines bordelaises. Elles ont chacune un parcours bien différent. D’un côté, Pascaline s’est reconvertie dans la pâtisserie sur le tard et de l’autre, Louise a su dès l’adolescence qu’elle voulait en faire son métier. “J‘ai commencé la pâtisserie très jeune, j’ai un parcours classique. Pendant dix ans, j’ai fait les grandes maisons, les étoilés, les palaces, et j’ai rencontré Pascaline qui m’a apporté un grain de folie“, raconte t-elle dans le leur portrait.

Mais ce que Louise a omis de préciser c’est qu’elle a eu la chance de collaborer avec l’un des jurés de l’émission, à savoir Pierre Hermé ! La jeune femme de 29 ans l’a admis lors d’une interview pour Ouest France. “Je l’avais rencontré une première fois lors d’une dédicace à la librairie Doucet avant que je rentre en formation. J’y étais allée au culot en lui disant que j’allais bientôt chercher un stage. Il m’avait donné sa carte“, a-t-elle rapporté. Un culot qu’elle a eu raison d’avoir puisque Pierre Hermé lui a accordé sa chance. “Il a dit oui. J’étais tellement heureuse. C’était comme un pass pour aller dans les coulisses d’un concert des Rolling Stones“, s’est-elle souvenue. Ce stage très prestigieux a même découlé sur une promesse d’embauche !

Désormais, Louise est jugée sur ses créations gourmandes avec Pascaline par son ancien mentor dans Le Meilleur Pâtissier. Une coïncidence qui ne se révèle pas forcément évidente pour la pâtissière. “J’avais une grosse pression. Je n’avais pas envie de le décevoir“, a-t-elle expliqué.

Sa carrière n’a en tout cas rien de décevant. Avec sa binôme Pascaline (32 ans), Louise est aux commandes d’un atelier de pâtisserie à Bordeaux depuis deux ans. Ensemble, elles ont également pour projet d’acheter un bus anglais, pour y faire en bas un atelier de pâtisserie et en haut un salon de dégustation.