Le milliardaire australien Packer entendu dans l’enquête Netanyahu

0
460

Le milliardaire australien James Packer a été entendu en Australie par la police dans le cadre d’une enquête pour corruption présumée visant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui est soupçonné d’avoir reçu de luxueux cadeaux de soutiens fortunés.

Le patron du géant des casinos Crown, qui entretient, selon les médias, des relations rapprochées avec le chef du gouvernement israélien, a consenti à être entendu par la Police fédérale australienne, a déclaré un porte-parole vendredi.

“M. Packer a participé à cette interview sur la base du volontariat en tant que témoin, dans le cadre d’une enquête menée par les autorités israéliennes”, a dit le porte-parole, sans préciser quand elle avait eu lieu.

M. Packer n’est soupçonné d’aucune malversation, ni en Australie ni en Israël, selon la même source.

M. Netanyahu a été entendu plusieurs fois dans deux affaires de corruption présumée.

Dans l’une des enquêtes, M. Netanyahu est soupçonné d’avoir reçu illégalement des cadeaux de personnalités très riches, dont M. Packer. Le nom d’un producteur à Hollywood, Arnon Milchan, qui est en affaires avec le milliardaire australien, a également été cité.

La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias israéliens à des dizaines de milliers de dollars.

Une autre enquête cherche à déterminer s’il aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yedioth Ahronoth pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien.

M. Netanyahu s’est constamment défendu de tout méfait et se dit victime d’une campagne pour le chasser du pouvoir.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.