Le Panchir sous les talibans, vallée de villages fantômes

0
18
placeholder

Des marchés fermés où quelques anciens et des animaux perdus errent dans la poussière: le long de sa route principale, la province afghane du Panchir déroule des villages fantômes, désertés depuis sa brutale conquête par les ennemis talibans.

Assis sous l’auvent d’une échoppe au rideau baissé, Abdul Ghafoor, un fermier de 50 ans, contemple son village de Peshjrur désert, comme figé par le soleil écrasant.

Avant l’arrivée des talibans fin août, “près de 100 familles vivaient” sur ce flanc de colline rocailleux qui domine la vallée, explique-t-il. “Il n’en reste plus que trois maintenant. Tout le monde a fui, la plupart à Kaboul.”

En contrebas, à Malaspa, sur un pré verdoyant bordant la rivière Panchir où les villageois se croisaient à toute heure de la journée, il n’y a plus âme qui vive, à part un âne et Khol Mohammad, 67 ans, qui s’approche en claudiquant. Lui aussi confirme: “Quelques familles sont restées, mais environ quatre-vingt autres sont parties.”

Le tableau est le même dans trois districts visités par l’AFP mercredi. La province en compte sept, dont d’autres moins stratégiques et plus reculés où l’intrusion des talibans a été moins massive et contestée, et l’exode moins important, selon des sources locales.

Le long de la rivière Panchir, seules quelques rares échoppes, des boulangeries souvent, sont ouvertes. Le reste n’est qu’une enfilade de boutiques et maisons aux portes closes, le long desquelles paissent quelques chèvres, ânes ou chevaux plus ou moins abandonnés.

“Il ne reste personne, à part les anciens, et les pauvres qui n’ont pas les moyens de partir”, explique Abdul Wajid, 30 ans, resté lui pour veiller sur la maison familiale.

Personne, à part les combattants talibans postés sur des barrages ou fonçant sur la route à tombeau ouvert, entassés dans des jeeps ou pick-ups saisis à l’ancien gouvernement.

Une vision d’horreur pour les Panchiris, qui se targuaient jusqu’ici de ne jamais avoir laissé quiconque asservir leur vallée. Et surtout pas les talibans, leurs ennemis jurés depuis plus de 20 ans et l’époque de leur célèbre commandant Ahmad Shah Massoud.

Certains, menés par le fils de Massoud, Ahmad, ont tenté de résister. Le long de la route, les carcasses tordues et renversées de véhicules détruits par les tirs de roquettes et autres armes lourdes en témoignent.

Mais les talibans, plus nombreux et mieux équipés, les ont en quelques jours repoussés dans les montagnes alentour, avant de décréter la victoire début septembre. La résistance persiste, mais on ignore ce qu’il en reste, et même si ses leaders sont toujours dans le pays.

– Villageois tués –

placeholder

L’exode des Panchiris avait commencé avant l’été, face à l’inexorable avancée des talibans. Mais fin août, la vision de milliers de leurs combattants surarmés surgissant soudain de partout à bord de centaines de véhicules a semé la panique.

“Les gens ont eu vraiment peur que les talibans les arrêtent, les tabassent ou les tuent”, souligne Khair Mohammad, 60 ans, un ancien de Peshjrur.

Leurs premiers pas brutaux ont achevé de convaincre ceux qui hésitaient encore.

“Les talibans ont demandé à certaines familles de quitter leurs maison pour s’y s’installer à côté de leurs barrages. Dans notre village, ils sont entrés dans toutes les maisons, ont cassé les fenêtres et placards”, raconte Kabir Khan, qui habite près de la capitale provinciale Bazarak.

Les islamistes ont surtout, selon tous les habitants rencontré par l’AFP, marqué leur arrivée en tuant des civils.

Près de Khenj, “ils ont abattu un chauffeur au volant de sa voiture, et un père de famille qui était allé chercher de la nourriture pour ses enfants”, raconte un ancien, disant avoir vu les dépouilles. Dans trois autres points, situés entre Khenj et Bazarak, les habitants recensent au moins 19 meurtres de villageois.

Des bilans impossible à vérifier, et que les talibans démentent, affirmant qu’aucun civil n’a été tué, hors affrontements avec les résistants.

D’autres habitants n’ont pas supporté la présence des islamistes chez eux.

“Comment voulez-vous qu’on laisse notre famille ici, quand les talibans sont au bout du jardin ? Les gens ne se sentent plus libres et préfèrent partir à Kaboul”, explique Haji Mohammad Younus, 75 ans, le seul homme croisé dans son village d’Omerz.

Une rumeur persistante a de plus couru dans la vallée, affirmant que les talibans demandaient aux habitants de partir, ce que ces derniers nient en bloc. “Nous disons aux gens qu’il peuvent revenir chez eux et qu’ils ne seront pas importunés”, affirme un commandant taliban rencontré à Khenj.

Selon Kabir Khan, les nouveaux maîtres du Panchir ont même demandé aux familles qui restaient “d’aller à Kaboul pour persuader leurs proches de revenir”.

placeholder

Ils empêchent désormais les habitants de quitter la province, selon plusieurs habitants. Mercredi, l’AFP a ainsi vu un camion chargé de matelas et de meubles rebrousser chemin après avoir tenté de sortir de la vallée.

Près de Khenj, un ancien soupçonne une raison stratégique: “Les talibans préfèrent qu’il reste des villageois pour avoir des boucliers humains et ne pas se faire bombarder par la résistance.”