Lena Dunham, son abstinence sexuelle depuis un an : “Ça m’a guérie”

0
101

Lena Dunham a vanté les mérites de l’abstinence sexuelle dans une interview accordée à la version britannique de Cosmopolitain, dont elle fait la couverture. Mardi 28 janvier 2020, la réalisatrice de la série Girls s’est confiée sur sa rupture avec le guitariste Jack Antonoff, son rapport à la sexualité et son célibat complet qui dure depuis plus d’un an.

À lire aussi

Je venais de subir une hystérectomie [opération consistant à enlever tout ou partie de l’utérus, NDLR], j’avais rompu avec mon petit ami, j’étais en train de mettre un terme à ma collaboration avec ma partenaire en affaires. Ce n’était pas dans mon intérêt de m’acheter une nouvelle paire de chaussures ni de me fiancer“, explique Lena Dunham. C’est là qu’elle a décidé de tester l’abstinence. “Après je me suis dit : ‘Tu sais quoi, j’ai été en couple depuis mes 15 ans. Je dois faire un break. La sobriété, l’abstinence représente plus pour moi que de ne pas prendre de drogues, ça veut aussi dire que je m’abstiens d’avoir des relations négatives. Ça veut dire que je prends une pause dans les relations amoureuses, ce qui m’a fait beaucoup de bien“, poursuit l’actrice de Once Upon a Time in Hollywood.

“C’est la chose qui m’a guérie”

L’actrice de 33 ans explique qu’elle est restée seule depuis plus d’un an : “Ça fait 14 mois que je suis complètement célibataire. J’ai peut-être embrassé un mec à une soirée une fois, mais ce n’est pas illégal. Je traîne avec mes chiens, mes chats. Ça m’a amené beaucoup de clarté, parce que même si le monde a accepté le sexe et l’émancipation des femmes, notre relation avec le sexe est compliquée. D’un autre côté, on te demande ce que tu recherches, et de l’autre on est effrayé de ne jamais trouver quelqu’un qui veuille se poser.

Lena Dunham dénonce ensuite la mauvaise influence de la pornographie sur la vie sexuelle de chacun. “On se conditionne avec le porno à devoir être performante quand on fait l’amour. Une fois que mon corps a commencé à lâcher, je ne pouvais plus faire ça et je me suis sentie vulnérable. J’ai réalisé que j’étais dans cette dynamique avec quelqu’un, que je ne voulais plus faire. Les gens me disent : ‘Oh mon dieu, tu n’as pas couché avec quelqu’un depuis plus d’un an.’ Et je réponds : ‘Non, c’est en réalité la chose qui m’a guérie‘”, poursuit-elle.

Sa rupture : l’élément déclencheur

Lena Dunham est donc célibataire depuis qu’elle a rompu avec le batteur du groupe Fun, Jack Antonoff. “Quand je suis tombée amoureuse, j’étais très jeune. (…) Je l’aime tellement, c’est un très, très bon ami. Est-ce que ça a été facile ? Non, ce n’est pas facile de partager sa vie avec quelqu’un. Il y a des moments où j’étais insolente ou méchante, mais il a joliment accepté ces choses“, a-t-elle confié à Cosmopolitain.

L’actrice de Girls avait également suivi une thérapie dans une clinique spécialisée pour son addiction aux anxiolytiques, pendant sa période d’abstinence. “Ça change la chimie de ton cerveau et tu n’es plus toi-même. Je me suis retrouvée sous deux couvertures dans un lit chez mes parents, dans le même pyjama depuis trois jours. Ce n’était pas moi. Je ne ressentais rien. Je ne voulais pas vivre“, a-t-elle expliqué. Heureusement, Lena Dunham est aujourd’hui complètement remise de cette période difficile.