“Les chroniqueurs tombent un par un” : L’équipe de Touche pas à mon poste décimée…

0
28

La semaine commence mal pour Touche pas à mon poste.Cyril Hanouna, maître de l’émission toujours ravi de retrouver ses chroniqueurs habituels le lundi, a dû faire sans ses favoris ce 28 mars. Si lui était en pleine forme malgré la contamination au Covid-19 de Valérie Pécresse, qu’il a reçue la semaine dernière ce n’était pas le cas de toute son équipe. Effectivement, pas de Valérie Bénaïm, de Raymond ou de Matthieu Delormeau autour de la table et tous pour un motif médical. Cyril Hanouna a révélé que Valérie Bénaïm avait été testée positive à la Covid-19. Il y a donc de fortes chances d’après lui pour que les autres absents soient victimes du même virus. Et le coupable est tout trouvé pour lui.

La semaine dernière, Benjamin Castaldi s’était absenté plusieurs jours en raison d’un mystérieux virus qu’il affirmait ne pas être la Covid-19 après avoir effectué un test. Le chroniqueur avait fini par revenir en plateau une fois que tout allait finalement bien. Et c’est justement là qu’il y a anguille sous roche pour Cyril Hanouna pour qui le timing est étrangement suspect : “Touche pas à mon poste est victime d’une épidémie. Et les chroniqueurs tombent un par un : Valérie Bénaïm, malade. Matthieu Delormeau, absent. Benjamin Castaldi, qui n’a pas osé dire qu’il avait le Covid alors que c’est un menteur.

Cyril Hanouna n’a donc pas tourné autour du pot très longtemps : “Pour moi il n’y a qu’un seul et unique coupable. Je pense que Benjamin Castaldi nous a menti“. L’animateur a poursuivi en remontant les derniers jours écoulés : “Benjamin Castaldi est venu la semaine dernière, il a manqué deux jours. Je lui dis : ‘Qu’est-ce que tu as ?‘, il me dit : ‘J’ai un virus’. ‘Un virus d’où ?‘, ‘Un virus venu de la Cordillère des Andes’. Le gars nous fait croire qu’il a un virus qui n’existe pas alors que je suis sûr qu’il a eu le Covid et qu’il n’a pas voulu le dire et qu’il l’a refilé à mon ami [Valérie, ndlr] Benaïm“. Benjamin Castaldi s’est évidemment défendu, soutenant une nouvelle fois qu’il n’avait pas été atteint de Covid-19 récemment. Le mari d’Aurore Aleman devait être content : pour ses 52 printemps qu’il célébrait ce même jour, on lui a fait sa fête.