Les États-Unis se retirent de l’accord de Paris sur le climat

0
737

Les États-Unis se retirent de l’accord de Paris sur la lutte contre les changements climatiques, a confirmé le président Donald Trump jeudi après-midi, faisant valoir que l’accord est «injuste» pour son pays et entraîne des répercussions économiques négatives pour les travailleurs américains.

Il a ainsi infligé un sérieux revers aux efforts du monde entier pour contrer le réchauffement climatique et a ainsi isolé les États-Unis de bon nombre de leurs alliés sur le plan environnemental.

«À partir d’aujourd’hui, les États-Unis cesseront de mettre en oeuvre l’accord de Paris non contraignant», a dit M. Trump lors d’une conférence de presse très attendue dans la roseraie de la Maison-Blanche.

Il a toutefois ajouté qu’il serait prêt à s’engager dans des négociations pour s’assurer que l’accord de Paris soit modifié «selon des termes qui sont justes pour les États-Unis et ses travailleurs».

Le président américain a néanmoins laissé entendre qu’une renégociation ne faisait pas partie de ses priorités: «Si nous pouvons, excellent. Si nous ne pouvons pas, ça va.»

En abandonnant un accord d’envergure dans la lutte mondiale contre les changements climatiques, M. Trump remplissait une promesse faite en campagne électorale. Par le fait même, il a tourné le dos à bien des alliés des États-Unis qui se sont montrés alarmés.

L’ex-président américain Barack Obama, qui avait négocié la réduction de 26 à 28 pour cent des émissions des États-Unis par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2025, a été prompt à réagir à l’annonce de son successeur. Il a soutenu par communiqué que l’administration de Donald Trump rejoignait ainsi «une petite poignée de pays qui rejettent l’avenir».

Il a ajouté que les pays qui maintiennent leur engagement envers l’entente environnementale conclue en 2015 récolteront «les bénéfices en matière d’emplois et d’industries créés», ajoutant que les États-Unis devraient se retrouver à l’avant-plan d’un tel effort.

M. Obama s’est toutefois dit persuadé que les villes américaines, les États et les entreprises allaient combler le vide laissé par l’administration de M. Trump et reprendraient le flambeau en matière de protection de l’environnement.

En annonçant le retrait des États-Unis de l’accord de Paris, le président Trump a soutenu que l’entente représentait un «fardeau économique draconien». Il a ajouté que les dispositions de l’accord auraient pu entraîner la perte de millions d’emplois, mentionnant notamment les industries de l’automobile, du ciment, du charbon et du gaz naturel.

«Cet accord porte moins sur le climat que sur [le fait] que d’autres pays obtiennent un avantage financier aux dépens des États-Unis», a-t-il lancé.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.