Connect with us

Les internautes parodient les T-shirts mis en vente par l’Elysée

Dépêche

Les internautes parodient les T-shirts mis en vente par l’Elysée

A partir de ce week-end, l’Elysée vendra en ligne une série de produits dérivés dont les recettes doivent financer les travaux du “Château”. Certains d’entre eux ont attisé la créativité des internautes, visiblement peu enthousiasmés par l’initiative.

Pour financer les travaux du palais présidentiel, l’Elysée a résolu de vendre dès ce week-end 56 références de produits dérivés. Au centre de cette collection, on remarque quelques T-shirts chargés de faire entrer la parole d’Emmanuel Macron dans la postérité en même temps que dans le textile. L’un d’entre eux affiche par exemple son expression fétiche “Poudre de perlinpinpin”, quand un autre, par exemple, immortalise sa pose quelque peu cavalière devant la finale de la Coupe du monde de football.

Une tribune humoristique 

Mais, sur les réseaux sociaux ce vendredi, des internautes ont vu dans ces accessoires bien plus que de simples vêtements: l’occasion de s’offrir une tribune humoristique, moyennant un certain talent pour le détournement, pour rappeler quelques citations du même auteur restées en travers de la gorge d’une partie des Français. 

Jules Grandin, spécialiste d’infographie, a ainsi proposé sa propre gamme parodique de T-shirts. Le premier arbore un lapidaire “Les gens qui réussissent (et ceux qui ne sont rien)”, renvoyant directement à la formule du président de la République lors de l’inauguration de la Station F à Paris à l’été 2017. Le deuxième, “Qu’ils viennent me chercher”, reprend l’injonction bravache d’Emmanuel Macron devant les parlementaires acquis à sa cause, auxquels il s’était adressé après quelques jours d’affaire Benalla. Sur le troisième s’est greffée l’expression “un pognon de dingue”, utilisée en juin dernier par le chef de l’Etat dans une vidéo où il s’emportait au sujet des minima sociaux. 

Benalla en ligne de mire 

La page Facebook de Paul Bismuth 2022, visant au départ à railler Nicolas Sarkozy, a aussi choisi un angle d’attaque: Alexandre Benalla. Portraiturant l’ancien chargé de mission de l’Elysée, on peut ici lire “Keep calm and call Benalla” (sois en français, “Garde ton calme et appelle Benalla”, un motif récurrent d’internet). 

“Monsieur le président de la République” 

La journaliste Assma Maad a fait affleurer un autre souvenir: le courroux présidentiel sur un collégien en marge des cérémonies commémorant le 18 juin 1940 au Mont Valérien, après que celui-ci l’avait appelé “Manu”. “Tu m’appelles ‘monsieur le président de la République’, ou monsieur”, avait alors réagi Emmanuel Macron. 

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

More in Dépêche

To Top