Connectex avec nous

Les Pays-Bas réclament la peine maximale contre un cyberintimidateur

Pure Info

Les Pays-Bas réclament la peine maximale contre un cyberintimidateur

Les procureurs néerlandais ont réclamé jeudi la peine la plus sévère possible contre un individu recherché au Canada relativement au suicide d’une adolescente qui avait été victime de cyberintimidation.

La procureure Annet Kramer a demandé aux juges d’un tribunal d’Amsterdam de condamner l’homme de 38 ans, Aydin C., à dix ans et huit mois de prison.

Aydin C. est accusé d’avoir cyberintimidé des jeunes filles et des homosexuels à l’aide de caméras Web. Mme Kramer a déclaré qu’il a fait vivre à ses victimes des années de tourmente émotionnelle.

«Pour rendre justice en respect avec la gravité des faits, et en respect avec la manière sophistiquée dont le suspect a systématiquement placé ses intérêts au-dessus de ceux de ses victimes, (les procureurs croient) qu’on ne peut imposer rien d’autre que la peine maximale», a-t-elle dit.

Un procès distinct attend Aydin C. au Canada, où il est accusé d’avoir cyberintimidé Amanda Todd. L’adolescente de 15 ans a retenu l’attention de toute la planète quand elle a mis en ligne, sur YouTube, une vidéo dans laquelle elle décrivait le calvaire qu’était devenue sa vie. Elle s’est ensuite suicidée.

Aux Pays-Bas, Aydin C. est accusé d’avoir cyberintimidé une quarantaine de jeunes filles et d’homosexuels, pour un total de 70 chefs d’accusation.

Les procureurs prétendent qu’il utilisait de multiples identités en ligne pour se présenter comme une femme de 18 ans sur des sites de clavardage. Il se liait ensuite d’amitié avec ses victimes, qu’il finissait par convaincre de se dénuder pour lui à la caméra. Il utilisait alors les images pour les faire chanter. L’homme réfute ces allégations.

Au Canada, relativement au suicide de Mme Todd, Aydin C. est accusé d’extorsion, de possession de pornographie juvénile et de tentative de leurre d’enfant en ligne. Un tribunal néerlandais a déjà approuvé son extradition au Canada après son procès aux Pays-Bas, mais il porte cette décision en appel.

Aydin C. aurait créé une fausse page Facebook au nom de Mme Todd, à laquelle il aurait ajouté ses amis et sur laquelle il aurait affiché une photo osée que l’adolescente lui avait envoyée.

Mme Kramer a profité de ses plaidoiries pour rendre hommage à la mère de Mme Todd, qui a assisté à une bonne partie du procès.

«Elle lutte pour combattre de tels actes et c’est important, a-t-elle dit. Cette affaire le démontre de manière certaine.»

Source : AFP

Cliquer pour réagir

Liasser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Pure Info

Haut