Les séparatistes catalans s’apprêtent à marcher “pour le oui” à l’indépendance

0
983

Les séparatistes catalans s’apprêtaient lundi après-midi à défiler massivement à Barcelone pour la fête de la Catalogne, à trois semaines d’un référendum d’autodétermination interdit par les institutions espagnoles.

Pour eux, cette “Diada”, prévue vers 17h00 (15h00 GMT), pourrait être la dernière avant l’indépendance, que le gouvernement séparatiste dirigé par Carles Puigdemont entend proclamer si le oui l’emporte au référendum convoqué pour le 1er octobre.

“Il reste vingt jours (jusqu’au référendum) et la mobilisation qui a motivé ce processus reste intacte”, a déclaré M. Puigdemont devant des correspondants de la presse étrangère.

“Ne pas réaliser le référendum n’est pas une option pour nous”, en dépit des risques judiciaires, a-t-il ajouté.

Le slogan de la manifestation est “une Diada pour le oui”, manière de lancer la campagne.

“Cela fait des années que la Diada n’est plus la Diada de tous les Catalans, mais là, c’est la démonstration claire que l’on cherche à exclure ceux qui ne sont pas favorables à l’indépendance”, et voteraient “non” s’ils participaient, a regretté Inès Arrimadas, chef de file en Catalogne du parti libéral et anti-indépendantiste Ciudadanos, première force d’opposition dans la région.

Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy a lui souhaité sur Twitter une “Diada de liberté, cohabitation et respect pour tous les Catalans”.

Les séparatistes entendent faire de cette “Diada” une nouvelle démonstration de force. La principale association organisatrice, l’Assemblée nationale catalane (ANC), dénombrait en début d’après-midi plus de 450.000 inscrits.

Les manifestants formeront une croix de plus d’un kilomètre au centre de la capitale catalane, référence aux “X” que les indépendantistes comptent inscrire dans la case du “oui” lors du vote du 1er octobre.

“Il n’y aura pas de référendum et je ferai tout le nécessaire pour cela, car c’est mon obligation”, martèle à Madrid M. Rajoy, ce scrutin ayant été déclaré anticonstitutionnel.

M. Puigdemont soutient, lui, qu’il aura bien lieu, en soulignant qu’à l’étranger des Catalans ont déjà commencé à voter.

“Peut-être qu’en Catalogne on ne pourra pas voter, mais moi c’est fait”, a ainsi affirmé à l’AFP Salvador Macip, chercheur en oncologie vivant à Leicester (Royaume-Uni), ayant posté son bulletin sur Twitter.

– ‘Nous les déborderons’ –

Chaîne humaine sur 400 km à travers la région, défilés dans cinq villes différentes ou marée humaine à Barcelone: quelle que soit sa forme, depuis 2012, le rassemblement a mobilisé entre un demi-million et 1,8 million de personnes selon les années et les comptages.

Le 11 septembre, les Catalans commémorent la prise de Barcelone en 1714 par les troupes du roi Felipe V qui supprima ensuite l’autonomie de la région.

Et ce lundi, le centre ensoleillé de Barcelone s’emplissait de milliers de manifestants de toutes générations, souvent porteurs du drapeau indépendantiste. Un de leurs slogans était: “sans désobéissance, pas d’indépendance”.

“Je suis convaincu que le référendum aura bien lieu, des milliers et des milliers de personnes veulent voter, on ne peut pas bloquer ça”, confiait à l’AFP un fonctionnaire de 63 ans, Sever Salvador.

-Garde civile-

Les autorités espagnoles ont commencé à riposter pour empêcher ce référendum dans la région aux 7,5 millions d’habitants, grande comme la Belgique et qui produit 20% du PIB espagnol.

La semaine dernière, la justice a ouvert une enquête visant le président catalan et les membres de son gouvernement, pour déterminer s’ils ont commis les délits de “désobéissance”, “prévarication” et “malversation de deniers publics”.

La garde civile a aussi perquisitionné une imprimerie et les locaux d’un hebdomadaire local soupçonnés d’avoir participé à l’impression des bulletins de vote.

Quelque 200 gardes civils en poste en Catalogne qui devaient être mutés prochainement ont pour leur part reçu l’ordre de repousser d’un mois leur mutation…

La vice-présidente de l’ANC Natalia Esteve menace, elle, de convoquer de nouvelles marches pour répondre aux actions de la justice et de l’exécutif espagnols.

Si le vote est physiquement empêché, “nous appellerons tous les citoyens de Catalogne (…) à sortir (dans la rue), autant de fois qu’il le faudra”, a-t-elle prévenu.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.