Les Serbes votent dans l’ombre de l’homme fort de Belgrade

0
96

Les Serbes votent dimanche lors de législatives qui devraient conforter le parti au pouvoir du président Aleksandar Vucic, sorti renforcé de la crise du coronavirus alors que les principaux partis d’opposition boycottent le scrutin.

Ces premières élections nationales en Europe depuis la pandémie se déroulent dans l’ombre présidentielle. Aleksander Vucic ne se présente pas mais son nom figure sur les bulletins en tant que patron du Parti serbe du progrès (SNS, centre droit) au pouvoir depuis huit ans.

Les partis d’opposition qui boycottent les législatives expliquent que des élections libres sont impossibles du fait de la distorsion du paysage médiatique et démocratique.

Dans le centre de Belgrade, sous une pluie fine, une vingtaine d’électeurs se sont présentés dans un bureau de vote dès son ouverture, portant des masques et respectant les mesures sanitaires en vigueur.

“Le boycott n’est pas productif car le pays est à la dérive. J’ai mon favori, j’espère un changement (…) je suis fatiguée d’attendre des jours meilleurs”, dit à l’AFP Jelena Djikanovic, une économiste âgée de 39 ans, juste après avoir voté.

Miodrag Protic, 51 ans, technicien, n’est pas favorable au boycott. “Les partis doivent nous présenter leurs programmes et à nous (électeurs) de choisir”, estime-t-il.

Pour Dobrica Veselinovic, jeune militant du mouvement d’opposition Ne Davimo Belgrade, il est impossible de parler d’élections dans les conditions actuelles. “S’il n’y a même pas une chance théorique d’avoir une compétition entre différentes idées (…), on ne peut pas parler d’élections”, confie cet abstentionniste à l’AFP.

Mais l’opposition, que rien ne rapproche sinon la détestation d’Aleksandar Vucic, est minée par les dissensions. Si les partis principaux boudent le scrutin, une vingtaine de petites formations sont parties au combat.

– Inégalités –

Le suspense n’est guère au rendez-vous.

D’après une enquête de l’agence Faktor plus, le SNS pourrait rafler 60% des suffrages, devant le Parti socialiste (SPS), son partenaire dans la coalition au pouvoir, crédité d’environ 12%.

La principale inconnue reste le taux de participation, entre les peurs liées au coronavirus et les électeurs qui iront pêcher à la ligne. L’abstention est estimée par Faktor Plus à 34%.

La Constitution confère au président un rôle honorifique mais Aleksandar Vucic est sans conteste celui qui prend les décisions. Le nom du futur Premier ministre, en cas de victoire, n’a pas été annoncé. Les affiches électorales ne sont pas siglées SNS mais proclament: “Aleksandar Vucic pour nos enfants”.

Les analystes parlent de “système autoritaire concurrentiel”.

“On a une concurrence mais les protagonistes ne sont pas égaux”, déclare à l’AFP Dusan Spasojevic, professeur de sciences politiques à l’université de Belgrade.

“L’environnement médiatique n’est pas libre, les institutions ne sont plus indépendantes (…) il est très difficile de défier le gouvernement dans les urnes”, ajoute Florian Bieber, spécialiste des Balkans.

– Feuille de vigne –

Le chef de l’Etat, deux fois Premier ministre, rétorque que le boycott constitue la vraie menace pour la démocratie. Il accuse l’opposition de s’en servir comme feuille de vigne pour cacher son impopularité.

A 50 ans, le président est plus populaire que jamais selon des sondages. Il émerge renforcé d’une crise sanitaire ayant contraint le pouvoir à une campagne virtuelle par écrans interposés.

Si les contaminations repartent à la hausse avec le déconfinement, la Serbie a évité avec quelque 260 morts les scénarios catastrophe vécus ailleurs.

Au delà de la gestion de la pandémie, le président, un ancien ultra-nationaliste qui a fait le choix tactique de se tourner vers l’Occident et l’Union européenne, plaît à ceux qui le jugent proche du peuple.

Le président a mis avant les projets d’infrastructures et promis par exemple de quasi doubler le salaire moyen à 900 euros d’ici 2025.

“Je crois que (Vucic) mérite d’être soutenu”, juge Radojko Sovrlic, ingénieur de 58 ans. “Il a fait des routes, des tunnels, des ponts, des maternelles (…) pas mal de choses”.

Environ 6,5 millions d’électeurs, y compris la diaspora, sont appelés à voter entre 05H00 et 18H00 GMT. Les premiers résultats sont attendus quelques heures plus tard.

© 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.