“Les talibans ont gagné”, reconnaît le président afghan en fuite

0
36
placeholder

“Les talibans ont gagné”, a reconnu dimanche soir le président afghan Ashraf Ghani, en fuite à l’étranger, tandis que les insurgés criaient victoire dans le palais présidentiel à Kaboul.

Presque 20 ans après avoir été chassés du pouvoir, la victoire militaire des talibans est totale, les forces gouvernementales s’étant effondrées sans le soutien américain.

M. Ghani a fui dimanche au moment où les insurgés finissaient d’encercler la capitale, où ils sont finalement entrés et ont investi le palais présidentiel, selon des images de la chaîne d’information Al Jazeera.

“Notre pays a été libéré et les moudjahidine sont victorieux en Afghanistan”, a déclaré dans ce bâtiment un insurgé à Al Jazeera.

“Les talibans ont gagné avec le jugement de leurs glaives et de leurs fusils et sont à présent responsables de l’honneur, de la possession et de l’auto-préservation de leur pays”, a reconnu M. Ghani sur Facebook. Il a dit avoir quitté l’Afghanistan pour éviter un “bain de sang”, car “d’innombrables patriotes auraient été tués” et la capitale “aurait été détruite”.

Ashraf Ghani n’a pas dit où il allait mais le groupe de médias afghan Tolo a suggéré qu’il s’était rendu au Tadjikistan.

“Des unités militaires de l’Emirat islamique d’Afghanistan sont entrés dans la ville de Kaboul pour y assurer la sécurité”, a de son côté annoncé dimanche soir sur Twitter un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid.

En dix jours, le mouvement islamiste radical, qui avait déclenché une offensive en mai à la faveur du début du retrait des troupes étrangères, notamment américaines, a pris le contrôle de quasiment tout l’Afghanistan.

placeholder

Et ce vingt ans après en avoir été chassé par une coalition menée par les États-Unis en raison de son refus de livrer le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.

La débâcle est totale pour les forces de sécurité afghanes, pourtant financées pendant 20 ans à coups de centaines de milliards de dollars par les États-Unis.

Le départ du président Ghani avait été une des principales exigences des talibans pendant les mois de négociations avec le gouvernement, mais celui-ci s’était accroché au pouvoir.

placeholder

Un porte-parole des insurgés, Suhail Shaheen, a déclaré à la BBC qu’ils escomptaient un transfert pacifique du pouvoir “dans les prochains jours”.

– “Ceci n’est pas Saïgon” –

Les craintes sont fortes d’un vide sécuritaire à Kaboul, des milliers de policiers et de militaires ayant abandonné leur poste, leur uniforme et même leurs armes.

Les Etats-Unis ont commencé l’évacuation vers l’aéroport, désormais seule porte de sortie du pays, de leurs diplomates et des civils afghans ayant travaillé pour eux qui craignent pour leur vie, soit quelque 30.000 personnes.

Un haut responsable de la Défense américaine a souligné que des centaines d’employés de l’ambassade avaient déjà quitté l’Afghanistan et que l’aéroport restait ouvert aux vols commerciaux.

Le président américain Joe Biden a pour sa part annoncé l’envoi de 1.000 militaires supplémentaires pour aider à l’évacuation, ce qui portera le contingent américain à 6.000 soldats d’ici à quelques jours.

placeholder

L’ambassade américaine a parlé d'”informations à propos de tirs à l’aéroport”, sans pouvoir les confirmer.

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a fait savoir que l’alliance aidait à sécuriser et à faire fonctionner l’aéroport, où convergent Occidentaux et Afghans pour tenter de fuir l’Afghanistan.

Joe Biden a défendu sa décision de mettre fin à 20 ans de guerre, la plus longue qu’ait connue l’Amérique.

placeholder

“Je suis le quatrième président à gouverner avec une présence militaire américaine en Afghanistan (…) Je ne veux pas, et je ne vais pas, transmettre cette guerre à un cinquième”, a-t-il lancé dimanche.

“Ceci n’est pas Saïgon”, a assuré le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken sur CNN, évoquant la chute de la capitale vietnamienne, en 1975, un souvenir encore douloureux pour les États-Unis.

Au Royaume-Uni, ces derniers jours ouvertement critique concernant son allié américain, le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les Occidentaux à adopter “une position commune” face aux talibans “pour éviter que l’Afghanistan ne redevienne un terreau pour le terrorisme”.

Londres évacuait également son personnel diplomatique, comme le faisaient ou l’ont déjà fait de nombreux autres pays européens.

– “Valeurs islamiques” –

placeholder

Au fil de la journée, la panique a gagné Kaboul. Les magasins ont fermé, des embouteillages monstres sont apparus, des policiers ont été vus troquant leur uniforme pour des vêtements civils.

Une énorme cohue était visible auprès de la plupart des banques, les gens cherchant à retirer leur argent tant qu’il était encore temps.

Sur les réseaux sociaux, des vidéos montraient des groupes de combattants talibans lourdement armés patrouillant dans les grandes villes, brandissant des drapeaux blancs et saluant la population. La plupart, très jeunes, n’étaient pas nés ou étaient encore des nourrissons, lorsque les talibans avaient perdu le pouvoir en 2001.

La peur régnait à Kaboul, notamment parmi les dizaines de milliers de personnes s’y étant réfugiées ces dernières semaines.

“Je crains qu’il n’y ait beaucoup de combats ici”, a confié un médecin ayant requis l’anonymat, arrivé de Kunduz (nord) avec 35 membres de sa famille. “Je préférerais rentrer chez moi, où je sais que ça s’est arrêté”.

placeholder

“Nous apprécions le retour des talibans en Afghanistan, mais nous espérons que leur arrivée conduira à la paix et non à un bain de sang. Je me souviens, quand j’étais enfant, très jeune, les atrocités commises par les talibans”, lâchait un commerçant trentenaire du centre de la capitale.

Lorsqu’ils dirigeaient ce pays, entre 1996 et 2001, les talibans avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique.

placeholder

Ils ont maintes fois promis que s’ils revenaient au pouvoir, ils respecteraient les droits humains, en particulier ceux des femmes, en accord avec les “valeurs islamiques”.

Mais dans les zones nouvellement conquises, ils ont déjà été accusés de nombreuses atrocités : meurtres de civils, décapitations, enlèvements d’adolescentes pour les marier de force, entre autres.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, “particulièrement préoccupé par l’avenir des femmes et des filles, dont les droits durement acquis doivent être protégés”, a appelé toutes les parties au conflit à “la plus grande retenue”.