Ligue 1: Lille rouge de bonheur pour le retour de ses champions

0
14

Lille rouge de bonheur! Ni le vent ni la pluie battante n’ont pu empêcher des milliers de supporters du Losc de fêter lundi avec leur équipe le titre de champion de France de Ligue 1 décroché dimanche.

La capitale des Flandres s’est parée de rouge et blanc pour accueillir en héros les joueurs, le staff et les dirigeants du Losc, lundi en fin d’après-midi, malgré une météo maussade.

Les fans des Dogues, qui avaient bravé le couvre-feu par milliers dimanche soir pour célébrer le quatrième titre de leur club fétiche, le premier depuis dix ans, ont commencé à rallier le centre-ville par centaines dès la fin de la matinée, profitant d’une accalmie ensoleillée pour investir les terrasses à l’heure du déjeuner.

Puis en début d’après-midi, ils se sont massés le long du parcours de plus de trois kilomètres que devait emprunter le bus à impériale.

– “Je ne pouvais pas manquer ça” –

“Je suis né ici, j’ai grandi ici, depuis quelques mois je vis à Paris. Directement hier (dimanche) quand on a gagné, j’ai pris mes billets pour venir fêter ça ici! C’était impossible de ne pas venir, j’ai joué six ans au Losc quand j’étais plus jeune et quand ils ont créé une section Esport j’avais été joueur Fifa pour le Losc. Je suis un vrai Lillois et je ne pouvais pas manquer ça!”, a expliqué à l’AFP Esteban Pasquier, 23 ans, qui attendait “impatiemment” l’arrivée du bus avec son père.

Pendant ce temps, les joueurs lillois recevaient l’Hexagoal, le trophée de champion de France, au Domaine de Luchin, leur centre d’entraînement, en présence de plusieurs centaines de partenaires.

Après de longues heures d’attente à chanter, danser, allumer fumigènes et pétards, les supporters ont accueilli dans une ferveur incroyable le bus à impériale quand il est entré sur le Boulevard de la Liberté à 17h37, avec plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu.

Si certains supporters portaient un masque, la distanciation sociale et les mesures barrières n’étaient pas appliquées. L’ARS des Hauts-de-France a d’ailleurs recommandé aux milliers de supporters qui ont participé aux célébrations dimanche et lundi de “réduire leurs contacts” dans les prochains jours et “faire un test préventif” de contamination au Covid-19.

Entre la fumée des engins pyrotechniques et les fans juchés partout, sur les panneaux de signalisation, les feux tricolores, arrêts de bus et autres rebords de fenêtres, il a fallu plusieurs minutes pour réussir à distinguer les Dogues sur leur bus.

– Yilmaz chouchou du public –

Tout sourire, les joueurs ont communié avec leurs supporters et leur ont offert des cadeaux. Certains joueurs portaient un T-shirt commémoratif, comme le milieu Jonathan Bamba. Le défenseur Tiago Djalo arborait un sombrero mexicain, tandis que l’attaquant Burak Yilmaz, le chouchou du public, portait une chemise blanche impeccable.

“Je suis abonnée donc j’étais obligée de venir! On attendait avec impatience cette victoire et surtout de pouvoir la partager avec les joueurs car cette saison on n’a pas pu aller voir les matches et c’était un déchirement. Cette saison, l’équipe a été magnifique, très humble, solidaire, c’était un beau collectif avec un coach extraordinaire”, s’enthousiasme Anne Wattez, venue avec une amie.

Si le capitaine sur le terrain était José Fonte, dans le bus à impériale c’était plutôt Mike Maignan, qui a fait office de capitaine de soirée, squattant souvent le micro en compagnie de Yilmaz ou de Bamba.

Après une parade de plus d’une heure et demie, le véhicule a terminé son périple au siège de la Métropole de Lille sous les applaudissements de milliers de supporters, qui ont encore scandé le nom de Christophe Galtier avant de terminer par un “Qui ne saute pas n’est pas Lillois”.

© 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP.